Je propose de mettre au point un nouvel appareil appelé le « posturomètre » !

Je pense que ça pourrait être utile. Une posture, vous savez, c’est ce moment où on bombe un peu le torse, l’œil plein de défi, où on invoque de grands principes. Bien sûr, on tiendra compte du fait que cela fait aussi partie du jeu politique et qu’on ne peut pas tous les dénoncer.

Premier exemple de posture samedi dernier, quand les trois candidats à la présidence de l’UMP se sont mesurés aux militant du collectif Sens commun sur le mariage pour tous. Hervé Mariton n’a eu que le mot « abrogation » à la bouche, mais il sait très bien qu’il ne sera pas élu président de l’UMP, et encore moins de la République. Il pouvait donc bomber le torse. Bruno Le Maire, lui, a adopté une posture inverse, en dénonçant la concession de Nicolas Sarkozy.Mais il sait parfaitement que la proposition de l’ancien président est très proche de la sienne. Ils demandent tous les deux une réécriture, c’est-à-dire qu’on ajoute à la loi des articles interdisant la GPA et la PMA. Mais Sarkozy s’est laissé aller à prononcer le mot fatidique « d’abrogation », et il est bien normal que ses adversaires s’en soient saisis. Il a donc perdu au jeu des postures sur ce coup là, en se faisant embarquer dans le camp des partisans de l’abrogation, qui n’est pas le sien…

nkm renonce à la tête de l'ump
nkm renonce à la tête de l'ump © reuters

Dans ce posturomètre, on pourra trouver NKM, qui a provoqué la colère d’Anne Hidalgo

Cette dernière était absolument furieuse. Pourtant, cette idée de tour à la périphérie de Paris faisait à peu près consensus aussi bien à gauche qu’à droite quand le projet a été annoncé, en 2008.

Et puis patatras, Nathalie Kosciusko-Morizet est arrivée. Elle cherchait des sujets sur lesquels s’opposer pendant les municipales.

Elle a choisi la tour triangle. Désormais,Madame Hidalgo s’en étrangle, écoutez-là, c’était sur RTL hier matin :

Les Français réclament des choix politiques et non plus des choix politiciens : Anne Hidalgo n’a pas tort.

Nathalie Kosciusko-Morizet a réussi à convaincre la plupart des élus de droite de son groupe de voter contre le projet. Mais Anne Hidalgo ne peut pas s’étonner qu’un leader de l’opposition cherche à s’opposer, notamment sur des sujets qui ne font pas l’unanimité chez les Parisiens. NKM a bien joué, et Hidalgo a sous-estimé la difficulté du vote. Aujourd’hui, au lieu de prendre acte et de laisser passer un peu de temps, de chercher un compromis, le maire de Paris décide de passer en force : nouveau flagrant délit de posture !

Le refus par Anne Hidalgo d’ouvrir les magasins le dimanche, est-ce encore de la posture

Si elle défend la tour triangle au nom de l’activité économique de la capitale, elle devrait être pour les magasins ouverts le dimanche. Pourtant, elle donne tort au ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, qui souhaite aussi une ouverture dominicale. N’a-t-il pas raison de souligner qu’il s’agit d’une perte de plusieurs milliards d’euros pour les commerces de Paris ? Que presque toutes les grandes capitales ouvrent le dimanche ?

Mais cette fois-ci, Anne Hidalgo, ex-inspectrice du travail, est peut-être sincère.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.