Par Carl Méeus, rédacteur en chef duFigaro Magazine

la pause fiscale effective en 2015
la pause fiscale effective en 2015 © reuters

C'est un nouveau couac gouvernemental, plus fort que les précédents

On atteint des sommets ! Jusqu’ici les couacs gouvernementaux se limitaient à des querelles de territoire entre ministres, des annonces brouillées par des fuites inopportunes ou, au pire, à un désaccord entre le chef du gouvernement et l’un de ses ministres. Je ne vais pas vous faire ici la liste des couacs depuis mai 2012, Alex Taylor et Charline Vanhoenacker n’auraient plus de temps pour leur chronique et ce serait dommage pour vos auditeurs…

- Le dernier couac au sommet de l’Etat, c'était donc au sujet de la pause fiscale

François Hollande, conscient d’un certain ras-le-bol des Français sur la fiscalité avait proclamé fin août dans Le Monde , le temps de « la pause fiscale ».

Mais voilà, à peine quinze jours plus tard, Jean-Marc Ayrault explique dans un entretien à Metronews que la pause fiscale ce sera pour 2015 !

Et hier la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a tenté d’expliquer qu’il n’y avait rien d’incohérent dans tout cela. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement » disait Boileau.

Alain Vidalies, le ministre chargé des relations avec le Parlement , a renoncé à expliquer et préfère botter en touche quand il a été interrogé sur cette question :

Vous l’avez bien entendu il dit que ça n’intéresse pas les Français ! -**Alors qu'il est clair que cette querelle sémantique intéresse tout le monde** Je pense que la hausse de la fiscalité intéresse les Français oui ! Et que cette appréciation ne les amuse pas du tout. Déjà, quand François Hollande a parlé de pause fiscale pour 2014, ils ont peu goûté la plaisanterie parce qu’ils savaient qu’en 2014 devaient venir la hausse de la TVA, la baisse du quotient familial et la hausse des cotisations retraite. Impossible de parler de pause voire de ralentissement de la pression fiscale quand le ressenti des Français est inverse. C’est pour ça que Jean-Marc Ayrault parle de 2015. Mais du coup, sur la forme, il donne l’impression de recadrer le chef de l’Etat ! ça renforce les soupçons d’amateurisme et de cafouillage qui sont la marque des débuts de ce quinquennat. Sur le fond, c’est encore plus inquiétant. François Hollande était considéré comme un spécialiste de la question fiscale. Pendant sa campagne, il avait promis une véritable révolution fiscale. Sauf que… depuis son élection il s’est contenté d’empiler les taxes et les impôts pour combler le déficit sans démarrer sa fameuse révolution. Pour mettre fin aux couacs, en Conseil des ministres, François Hollande avait expliqué que le prochain, au gouvernement, qui en faisait, serait viré. C’est ballot ! C’est lui qui vient d’en faire un !
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.