Le mariage raté du quinquennat, c'est celui de François Hollande avec... François Bayrou. Mais peut-être que rien n'est encore perdu ?

françois bayrou prône l'unité nationale
françois bayrou prône l'unité nationale © reuters

François Bayrou, si tu reviens, j'annule tout ! C'était un peu le cri du cœur du Président mardi dernier lors de sa conférence de presse.

J'ai changé, je ne suis pas cet affreux socialiste dépensier dopé aux hausses d'impôt : c'est un peu ce qu'a voulu dire François Hollande à son copain du MoDem en faisant son coming-out social-démocrate, pour ne pas dire coming-out centriste.

Seulement voilà, depuis leur rupture il y a vingt mois, François Bayrou a changé de famille, viré sa cuti, repassé l'arme à droite. Il a refait sa vie avec Jean-Louis Borloo. Ensemble, ils ont accouché de l'Alternative, fruit du mariage entre le MoDem et l'UDI. Et le nouveau parrain du bébé s'appelle Jean-François Copé, qui a compris tout l'intérêt qu'il y avait à arrimer le centre à l'UMP.

Voilà ce que Bayrou disait samedi du pacte de responsabilité du Président,lors du congrès du MoDem à Paris:

Entre les deux François, le divorce date des législatives de juin 2012 . Alors que Bayrou avait tout sacrifié en appelant à voter pour lui au second tour de la présidentielle, Hollande n'a pas daigné lever le petit doigt pour le sauver ! Il aurait pu demander à la candidate socialiste qui se présentait contre Bayrou de se retirer. Il ne l'a pas fait.

Comme dit l'un de ses proches : « Hollande, c'est un faux gentil. Quand l'un de ses amis est en difficulté, il est capable de le regarder comme une tortue tombée sur le dos pour voir combien de temps il met à se retourner ». Pour le Béarnais, qui a perdu depuis son fief historique des Pyrénées-Atlantiques, ce fut une trahison. Un ministre l'avoue : « On a raté un truc avec Bayrou ».

Pourtant, cette aventure n'est peut-être pas terminée, car François Hollande pourrait bien remanier son gouvernement par surprise avant l'été.

Il fallait bien écouter les mots du Président : quand il a dit que le gouvernement engagerait sa responsabilité devant le Parlement sur son projet de baisse des charges, il n'a pas précisé de quel gouvernement il parlait... Et certains se disent que ce serait le bon moment pour faire rentrer quelques centristes. Bayrou lui-même, à un moment, n'y était pas hostile.

Comme cadeau de mariage, il réclamait un changement de ligne politique. Ca, c'est fait.

Il voulait aussi une dose de proportionnelle aux législatives. Alors ça, ce sera peut-être pour 2015. Et puis allez savoir, peut-être qu'un jour le Président enfourchera son célèbre scooter pour faire comme Ségolène Royal en 2007 : elle était allée entre les deux tours de la présidentielle sonner en pleine nuit à la porte de François Bayrou. Les paparazzis, paraît-il, sont déjà sur le coup.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.