(Par Solenn de Royer)

J'ai suivi François Hollande à Tulle, samedi, pour ses vœux, et j'ai constaté que le président était très distant.

D’habitude, quand il retourne dans son fief, François Hollande va au marché, il boit un café, il serre des mains, il embrasse les enfants. Bref, il retrouve les siens.

Mais alors, samedi, rien ! Le président a enchaîné les rendez-vous officiels. Toujours devant un public trié sur le volet. Pas de bain de foule, pas de « déambulation », comme on dit à l’Élysée. Un journaliste a posé la question. Réponse du président : « je n’ai pas eu le temps… »

François Hollande promet au total deux millairds d'euros contre le chômage
François Hollande promet au total deux millairds d'euros contre le chômage © MaxPPP / MaxPPP

Et le Président se protège aussi de la presse . Et ça c’est nouveau ! On le sait, François Hollande a toujours été très accessible : confidences, interviews à la volée… Mais en ce moment, tout est fait pour éloigner la presse.À Jarnac, pour les vingt ans de la mort de François Mitterrand, les journalistes étaient cantonnés derrière des barrières, impossible d’approcher le président. Même chose à Tulle : 50% du déplacement était fermé à la presse.

Je vais vous raconter une scène assez cocasse : samedi, Hollande a inauguré un cinéma à Tulle. Il a eu droit à une surprise, un humoriste, originaire de Corrèze : Jérémy Corallo. Il faut imaginer le président, assis au premier rang. Et l’humoriste, sur la scène, qui commence en disant : « Kennedy a eu Marilyn Monroe. Obama a eu Aretha Franklin. Vous, M. le président, vous avez… Jérémy Corallo ! »

Le comédien a ensuite expliqué que droite et gauche, c’était la même chose. Et qu’entre Sarkozy et Hollande, on ne savait pas qui était le plus « Pinocchio » des deux. Et ce grand moment, vous ne pourrez jamais l’écouter car l’Élysée avait coupé les micros et les caméras.

Pourquoi cette mise à distance ? D’abord, parce que François Hollande est dans une stratégie de re-présidentialisation. Il veut rester au-dessus de la mêlée . Ensuite, parce que la période n’est pas bonne. Le Président recommence à chuter dans les sondages. Beaucoup, à gauche, pensent qu’il n’est pas le meilleur candidat pour 2017. Enfin, il y a ce casse-tête de la déchéance de la nationalité qui déchire la gauche. Or, dans les moments de tension, c’est un grand classique : le pouvoir se referme. C’est le syndrome de « la tour d’ivoire» .

Et la conférence de presse bi-annuelle n’est encore pas programmée. François Hollande n’a pas l’air très pressé de répondre à certaines questions. Depuis les attentats, il n’a pas donné la moindre interview et il ne présentera pas de vœux à la presse. Un conseiller m’a confié que cet exercice était « ringard ». Qu’on se le dise : ce rituel de la Ve République, à l’Élysée, c’est terminé ! Pour info, Manuel Valls présentera, lui, ses vœux à la presse le 28 janvier...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.