Depuis un mois, l’une des représentantes de la génération Macron se fait remarquer au gouvernement. C’est la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Marlene Schiappa
Marlene Schiappa © AFP / JEAN-FRANCOIS MONIER

Par Jean-Baptiste Daoulas

Pas une semaine sans une nouvelle polémique sur Marlène Schiappa. Elle s’écharpe à coups de lettres ouvertes avec Alain Finkielkraut. Elle tweete des photos assez hallucinantes de sa visite nocturne au quartier de la Chapelle Pajol à Paris. Elle annule sa participation à un débat sur France 3 au motif qu’une ministre ne débattra pas avec un simple candidat aux élections législatives. Bref, dans ce gouvernement plutôt sage on ne voit qu’elle. Et ça commence à en énerver quelques uns.

“Elle se répand”, fulmine une conseillère ministérielle. Une membre du comité politique d’En Marche en remettait une couche il y a quelques jours : “Il y a un seul truc qui déconne dans ce gouvernement. Et c’est elle !”

Pourtant, plusieurs responsables d’associations que j’ai contactés sont plutôt élogieux sur la maîtrise des dossiers de Marlène Schiappa. Sur l’égalité hommes-femmes. Sur la lutte contre l’homophobie. Mais tout ça est un peu occulté par la communication de la ministre.

Marlène Schiappa a le tweet facile, mais elle publie aussi des livres plus vite que son ombre

On a beaucoup glosé sur son livre publié en 2010 : Osez l’amour des rondes. Un ouvrage qu’on qualifiera d’érotico-humoristique pour rester poli. Mais si j’étais Emmanuel Macron, c’est un autre livre qui m’inquiéterait. C’est passé un peu inaperçu, mais Marlène Schiappa a publié l’an dernier un roman à clef sur le conseil municipal du Mans. Ça s’appelle Marianne est déchaînée. Elle raconte toutes les mesquineries et toute la médiocrité du conseil municipal d’une ville imaginaire. Les noms des élus ont été changés. Mais ça ne trompe personne. Le grand jeu des habitants du Mans, c’est de lire le texte en remplaçant le nom des personnages par celui de leur modèle. Et pour en avoir parlé avec plusieurs élus locaux, je peux vous assurer qu’ils ne sont pas près de lui pardonner.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe doivent-ils craindre un nouveau roman à clé sur le gouvernement ?

J’ai posé la question à Marlène Schiappa. Et vous allez être déçu, parce que la réponse est non. Enfin presque : “Si un jour je fais un livre sur l'Elysée, il sera relu par Emmanuel Macron et ses conseillers”. Mais ce qui est frappant, pour avoir discuté avec elle de sa communication un peu particulière, c’est que tout dans ses tweets et ses livres lui paraît parfaitement maîtrisés. La preuve ? Elle explique qu’elle n’a jamais rien révélé sur la commission d’investiture d’En Marche, où elle a siégé pendant des mois. Elle refuse de raconter les conseils des ministres.

On va peut-être devoir s’habituer à cette nouvelle communication qui casse les codes en apparence, sans forcément en dire beaucoup plus sur le fond.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.