Par Marcelo Wesfreid

On a beaucoup parlé des écologistes qui ont donné pas mal de fil à retordre au Président lors du remaniement ministériel. Ceux dont on parle moins, mais qui ont donné du tracas à François Hollande, ce sont les radicaux de gauche. Les problèmes ne viennent jamais d'où on l'imagine.

Ceux qui ont le plus énervé Hollande avec leurs demandes pendant le remaniement, ce sont les radicaux de gauche. Pourtant, sur le papier, c'est le partenaire idéal. Un petit parti toujours loyal.

Eh bien, l'entrée de son truculent patron Jean-Michel Baylet n'a pas été de tout repos.

baylet décline l'offre de service de tapie contre le fn
baylet décline l'offre de service de tapie contre le fn © reuters

Hollande avait une idée : lui proposer le ministère de la Fonction publique. Baylet a refusé. Il rêvait de finir sa carrière avec le ministère de la Défense. Sauf que Le Drian est toujours là. Alors, Baylet a demandé autre chose et pas un petit poste. Il voulait l'Aménagement du territoire, les Collectivités territoriales, la Ruralité et le ministère de la Ville !

Hollande lui a tout donné, sauf la ville. Au passage, il a cédé sur deux de ses demandes. Baylet voulait un rang protocolaire important. C'est fait. Il se retrouve devant Bernard Cazeneuve et Emmanuel Macron. Il voulait aussi pour ses bureaux, l'hôtel de Castries, un bel hôtel particulier avec jardin, rue de Varennes. Là où se trouvait le ministère du Logement. Il l'a eu.

Dans l'ancienne équipe, Annick Girardin était secrétaire d'Etat au Développement. Là, elle est promue ministre de plein exercice. C'était sa demande. Hollande a donné à cette élue de Saint Pierre et Miquelon la Fonction publique.

Prenons maintenant, Thierry Braillard. Lui, il est bon dernier dans l'ordre protocolaire du gouvernement. Il reste secrétaire d'Etat au Sport. Baylet ne l'aime pas trop. Il ne s'est pas battu pour lui.

D'ailleurs, Braillard devait être nommé à la Formation professionnelle – c'était ce qui était prévu. Mais l'idée ne l'emballait pas du tout. Il a carrément dit non. Mais Hollande au lieu de le virer l'a quand même gardé. Et a revu sa copie. Tant pis pour Nathalie Ianetta, sa conseillère au sport à l'Elysée, qu'il comptait nommer au gouvernement.

Alors, pourquoi Hollande s'est-il plié à tous les caprices ? Pour que les Radicaux se sentent bien traités. Et qu'ils n'aillent pas présenter un candidat en 2017 . Ce remaniement ne servait qu'à ça. Dégager le chemin à gauche en faisant éclater les Verts. Et en arrimant les radicaux. Le Pari est réussi.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.