François Hollande a un déficit de relais pour le défendre ou pour relayer son action et expliquer sa politique. Depuis trois ans qu’il est au pouvoir, ces relais n’existent toujours pas !

Il me semble que dimanche, le Président de la République a parlé pendant deux heures sur Canal+ . Je ne dis pas qu’il a fait des annonces fracassantes, mais quand même : quelques gestes envers les jeunes et beaucoup de pédagogie. J’ai attendu quelques communiqués des dirigeants du PS saluant une intervention claire et utile du Président de la République, j’ai attendu quelques mots des élus de la majorité satisfaits que le Président relance une dynamique. Rien n’est venu.

François Hollande
François Hollande © PATRICK KOVARIK / POOL/EPA/MAXPPP / PATRICK KOVARIK / POOL/EPA/MAXPPP

Je peux vous dire qu’à l’époque de Nicolas Sarkozy, il ouvrait la bouche pour dire « bonjour » et les journalistes étaient inondés de messages, de mails, de textos, de ses soutiens soulignant le génie du propos. Ils le défendaient et ils attaquaient l’opposant. Souvenez-vous des Nadine Morano et autre Frédéric Lefebvre, on les appelait « les snipers ».

Avec François Hollande, rien de tout ça. Le soir du second tour des départementales au siège du PS , rue de Solférino : la gauche venait de se prendre une raclée monumentale et dans les couloirs du parti au pouvoir, qui était là pour parler à la presse, qui était là pour défendre l’action du Président ? Personne ! Il n’y avait que quelques frondeurs, ces députés opposés à la politique du gouvernement. Hollande a toujours eu un petit problème avec sa communication, mais là on se rapproche de la campagne présidentielle et il faudrait quelques relais pour expliquer à l’opinion que tout n’est pas si mal. Un député socialiste a soulevé le problème devant François Hollande récemment.

Un échange que l’on avait raconté dans Le Point : «Tu as besoin de d’avoir des snipers qui te défendent, il n’y a personne ! » Réponse de François Hollande : « Bah si, y a Emmanuel ! ».

Référence à Emmanuel Macron, qui certes défend François Hollande et ne pratique pas la langue de bois, mais n’est quand même pas le roi des diplomates…

Le problème de la gauche, c’est qu’ils devraient s’inspirer… de la droite…

Alors c’est sûr que ce n’est pas la même mentalité, pas la même culture, pas la même manière de fonctionner. À droite, ils ont la culture du chef, à gauche, m’a dit un pilier de la majorité : « Le problème c’est qu’on a une vraie culture de la liberté d’expression ». L’idéal serait peut-être de trouve un juste milieu… Ou encore mieux : des soutiens convaincus !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.