Alors que la vie politique commence a tourner au ralenti, François Hollande est, lui, au four et au moulin. Il multiplie les rendez-vous avec des anonymes et des élus et visite les terres lointaines de la République. Bref, il a bougeotte !

Quelle mouche a donc piqué François Hollande? Le voilà qui n'a rien trouvé de mieux pour préparer Noël que d'aller passer deux jours sur Saint-Pierre et Miquelon. Il fait -1° degré ce matin, dans cet archipel voisin du Canada. C'est frisquet. Vous me direz, depuis son voyage au Kazakhstan, le Président a une belle chapka, parfaite contre le froid. Au programme : Hollande va inaugurer un hôpital et il va visiter une entreprise de transformation de poisson. Et demain, il commémore le ralliement de l'archipel à la France libre, il y a 73 ans.

Disons-le sans détour, puisqu'on est entre nous : François Hollande n'aime pas les vacances! Dès que des congés se profilent, il s'arrange pour surcharger son agenda. C'est toujours la même histoire : pour les fêtes, l'an dernier, il avait traîné avec lui une délégation de patrons en Arabie Saoudite. Il y a deux ans, pour les vacances d'été, il s'était officiellement absenté une semaine. Une semaine au cours de laquelle il était repassé quatre fois à l'Elysée.

François Hollande et Manuel Valls à Brégançon le 15 août 2014
François Hollande et Manuel Valls à Brégançon le 15 août 2014 © MaxPPP / BERTRAND LANGLOIS/POOL

Bien sûr, quand on est président, c'est assez normal d'être sans arrêt sur la brèche.

Il y a le poids des responsabilités et les problèmes actuels, du chômage au terrorisme, sont lourds. Mais regardez Barack Obama. Le président américain est parti, vendredi, avec sa femme, ses enfants et ses deux chiens à Hawaii pour 17 jours de vacances. J'ai bien dit 17 jours. Ca n'émeut personne et pourtant, l'actualité est brûlante pour lui aussi. On sait qu'il a fait du golf, qu'il a dîné avec des amis dans son resto japonais préféré. Il avait déjà pris 15 jours de congés en août dernier dans une île du Massachusetts.

Qu'est-ce qui explique l'attitude de François Hollande?

Les mauvaises langues vous dirons d'abord que François Hollande préfère éviter de se poser, de réfléchir à son existence, qu'il fuit. Sa vie de famille est un peu chamboulée, ces derniers temps. Je n'y reviens pas. Mais il y a aussi une autre raison : Hollande est traumatisé par les trois semaines de vacances prises au début de son quinquennat. Souvenez-vous, le président normal prend le train, se rend au fort de Brégançon. Il se promène dans les rues. Un monsieur tout-le-monde qui a besoin de souffler après une année chargée. On l'écoute :

0'13

Le cinq sept 2013 - SON POLITIQUE

Seulement voilà : pendant ce temps-là, en France, les plans sociaux se succèdent. Le chef de l'Etat paraît décalé avec son discours sur la normalité. En août 2012, sa cote plonge de 11 points. « Je suis parti quelques jours, c'est comme si j'avais commis un impair », racontera plus tard Hollande. Depuis, c'est sa hantise. Il ne s'arrête plus. Il travaille et le fait savoir. A défaut d'obtenir des résultats, il veut montrer qu'il est entièrement tourné vers sa tâche.

Et pourtant, il aurait bien besoin de « recharger ses accus », justement; avant une année de tous les dangers. 2015, c'est 3 gigantesques haies à franchir : les départementales en mars, le périlleux congrès du PS en juin, les régionales en décembre. Des obstacles à surmonter absolument s'il ne veut pas se retrouver, définitivement, en vacances anticipées!

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.