Par Tugdual Denis

Le second tour de l'élection présidentielle a lieu dans un an, mais cela semble déjà lasser tout le monde... Et vous voudriez nous faire croire que l'on va se réconcilier avec la politique dans les prochains mois... ?

Ecoutez, je sais que je tente de vendre l'invendable; je sais que la politique est synonyme d'indigestion pour tout le monde. Je sais, que, pire que la politique, il y a LES politiques. Mais franchement, à y regarder de plus près, je vous fais le pari que nous allons pouvoir observer avec un grand intérêt le scénario de la prochaine élection présidentielle.

C'est lundi, il a fait un temps pourri hier sur presque toute la France, soyons donc positifs !

Qu'y-a-t-il de si excitant à attendre … ?

Le casting, déjà ! A gauche comme à droite, rien n'est figé. Côté Parti socialiste, si François Hollande a la bonne idée [en terme de dramaturgie, hein...] de ne pas se représenter, alors... là... c'est Hollywood.

Qui ne salive pas à l'idée de voir Arnaud Montebourg s'affronter avec Manuel Valls, pour redéfinir les contours de la gauche contemporaine ? Tout le monde sauf moi ? Bon, eh bien, il y aura aussi la trajectoire proposée par Emmanuel Macron. Ce sera les prémisses de ce que devrait être l'homme politique de demain, qui ne fait pas de grands meetings, qui a un programme au goût tantôt ultra-libéral, tantôt sociétalement libertaire, qui fait bouger les lignes !

A droite, je sais que la primaire déjà organisée ne fait pas rêver, mais c'est tout de même mieux que la dernière fois, avec un Sarkozy encore président qui annonce sa candidature « urbi et orbi » sur le plateau du JT de TF1. Le résultat de cette primaire, qui aura lieu en novembre, il est encore indécis !

Admettons qu'il en soit ainsi pour les PS et les Républicains, mais pour les autres... Tout est en place...

Croyez-vous qu'au Front national tout est écrit ? Que nenni. Pour le FN, 2017, c'est déjà 2022. Beaucoup de proches de Marine Le Pen ont déjà intégré qu'elle ne gagnerait pas la prochaine fois. L'extrême droite sera-t-elle « nationalo-souverainisto-républicaine » comme le veut Florian Philippot, ou conservatrice et droitière, comme le souhaite Marion Maréchal-Le Pen ?

De l'autre côté de l'échiquier, nous retrouverons Jean-Luc Mélenchon dans ce qu'il a de meilleur. Il reprendra possession des places, des plages, des tribunes en tous lieux. Vous verrez, chacun, ami ou ennemi, vibrera à sa prose, applaudira ses mises à mort...

2017 va être l'heure des choix de société entre nuits debouts, réactionnaires, multiculturalistes, religieux, laïcistes, nationaux, européistes, modernistes, conservateurs... Mettez vos lunettes de soleil, installez-vous... un an de débats s'offrent à vous !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.