S’il y a un candidat qui a la pêche, la « super-pêche » comme disait Alain Juppé, c’est bien Nicolas Dupont-Aignan.

Nicolas Dupont Aignan y croit
Nicolas Dupont Aignan y croit © AFP / JOEL SAGET

Par Renaud Dély.

"Et la côte du général de Gaulle dans les sondages en juin 40, vous croyez qu’elle était élevée ?"

Le patron du mouvement "Debout la France" a toujours la pêche. Il l’avait déjà en 2002 quand il s’était présenté contre Juppé pour la présidence de l’UMP. Bon, il n’avait obtenu que 14% des voix mais il l’avait encore, la « super-pêche », quand il avait osé défier Nicolas Sarkozy, toujours pour la présidence de l’UMP, deux ans plus tard, en 2004. Cette fois, il n’avait obtenu que 9 % des suffrages. Mais vous savez pourquoi il y croit toujours ? Parce qu’il a un secret : le général ! Si vous lui dites : « Quand même, les sondages ne vous annoncent pas vraiment à l’Elysée… », il a une réponse toute prête : « Et la côte du général de Gaulle dans les sondages en juin 40, vous croyez qu’elle était élevée ?» Evidemment, vu comme ça, Dupont-Aignan a toutes ses chances…

Sans aller jusqu’à l’annoncer à l’Elysée, il est vrai que Dupont-Aignan progresse dans les sondages: 3, 4 et maintenant 5 %, ce sont les intentions de vote que lui accordent désormais la plupart des instituts. Super- Dupont décolle ! D’ailleurs, dans son entourage, on le désigne désormais par ses initiales : « NDA » !

Il pratique le sport à la moder : taper sur les journalistes

Comme DSK ou NKM. C’est dire s’il est à la mode! Nicolas Dupont-Aignan pense que cette progression a deux raisons essentielles: d’abord, il s’adonne à l’un des sports à la mode : il tape sur les journalistes. Ca, c’est un truc formidable qui vous garantit une hausse de votre cote de popularité. En dénonçant la censure dont il était l’objet parce qu’il était privé du premier débat lundi entre les cinq principaux candidats et, mieux encore, en quittant le plateau du 20 heures de TF1 deux jours plus tôt, il s’est donc assuré un vrai succès d’estime. Et il ne va pas tarder à remettre ça. Et puis « NDA », enfin Nicolas Dupont-Aignan est convaincu que pour l’électorat de droite, il est devenu un vote propre.

Dupont-Aignan serait un vote « propre » pour l’électorat de droite, dure certes, mais qui rechigne à basculer au Front national. Et puis un vote propre pour l’électeur de droite dégoûté par l’accumulation d’affaires Fillon. D’ailleurs un député du parti Les Républicains lassé de soutenir Fillon, et qui ne croit plus du tout en sa victoire, me disait il y a quelques jours : «Dupont-Aignan, non mais vous avez vu ses costards, c’est bien la preuve qu’il est hônnête non ? »

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.