Un jour, ce cauchemar sanitaire sera derrière nous et malgré toutes nos incertitudes, on sait déjà que sur le plan politique, l’automne prochain sera délicat pour le gouvernement.

Jean-Luc Mélenchon dépasse la barre symbolique des 10% dans les sondages
Jean-Luc Mélenchon dépasse la barre symbolique des 10% dans les sondages © Radio France

Sans attendre, alors que nous n’avons pas encore atteint le pic de l’épidémie, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen instruisent le procès de l’exécutif. Le leader de la France insoumise a pointé hier « une sous-estimation dans la préparation » à cette épidémie. Marine Le Pen s’interroge sur la temporalité des mesures prises : selon elle, le gouvernement a toujours un temps de retard.

La droite fait mine de temporiser

Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR, a joué les raisonnables hier après le vote du projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire. « Notre ligne de conduite est la bienveillance pour ne pas entraver l’action du gouvernement », a-t-il déclaré solennellement : bel exemple d’unité nationale, sauf que le même jour, il a observé que l’exécutif avait souvent eu, « un coup de retard sur les masques, sur les tests, sur le confinement aussi ».

Avec la majorité au Sénat et le deuxième groupe de députés à l’Assemblée, les LR bénéficient d’un certain pouvoir de nuisance parlementaire, on l’a vu au moment de l’affaire Benalla.

Damien Abad, Patron du groupe LR à l’Assemblée, a d’ailleurs annoncé la couleur : dès l’automne, il veut la création d’une commission d’enquête pour tirer « toutes les leçons de l’épidémie dans les domaines sanitaires, économiques, sociaux, administratifs et politiques » afin d’« identifier les éventuels défaillances et dysfonctionnements ». Son objectif ne serait pas de « distribuer les bons ou les mauvais points au gouvernement ». On demande à voir…

D’importantes questions se poseront et la commission LR vise à en devenir le réceptacle naturel. Un des chefs des LR résume en off : 

On va tout reprendre à rebours. Pourquoi par exemple la porte-parole du gouvernement s’est-elle moquée des Italiens et des solutions qu’ils mettaient en œuvre, avant nous ?

Mais le plus important, c'est surtout l’avis des Français

Le fameux tribunal de l’opinion. Le sondage publié hier par le JDD nous donne la mesure de l’inquiétude des Français. C’est un sentiment partagé par 84 % d’entre nous. Notons que cette étude a été réalisée avant que l’on découvre hier un nouveau décompte sur les réseaux sociaux : celui des présidents et des assesseurs qui étaient dans les bureaux de vote dimanche 15 mars pour le premier tour des municipales et annoncent être aujourd’hui positifs au Covid-19. Demain, ils chercheront des responsables.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.