Souvenez-vous vous, il y a un an, le président de la République s'appelait François Fillon. C'était presque fait, et puis patatras. Le Point publie les bonnes pages de "Déflagration", le livre de Patrick Stefanini.

Patrick Stefanini et François Fillon lors d'un meeting dans la Sarthe en août 2015
Patrick Stefanini et François Fillon lors d'un meeting dans la Sarthe en août 2015 © AFP / JEAN-FRANCOIS MONIER

Le Penelopegate

On y apprend entre autres que dès fin novembre 2016, François Fillon est interrogé par les journalistes du Canard Enchaîné sur le fameux emploi de son épouse. Et qu'il n'en parle... à personne ! Même pas à son directeur de campagne : il garde ça pour lui. Et arrive ce qui devait arriver : fin janvier, le scandale éclate.

Robert Bourgi

On apprend aussi qu'en 2013, le célèbre avocat Robert Bourgi avait envoyé un chèque au mouvement de Fillon, "Force Républicaine". Stefanini s'inquiète. Il en parle à Fillon : "Quand même, tu mesures que Bourgi est très proche de Sarkozy ?". Réponse de Fillon : "Patrick, j'ai de très bonnes relations avec Bourgi. Pas de problème. Je vais régler ça". Et on sait  ce qui est advenu après dans la campagne, avec Bourgi qui balance lui-même l'affaire des costumes offerts à Fillon.

Faut-il en conclure que Fillon n'était pas fait pour une campagne présidentielle ?

Stefanini réalise une analyse dépassionnée, très fine du personnage de Fillon. Mystérieux, cachotier, solitaire. Et la droite qui est décrite avec ses rancœurs, ses fractures.  Et l'erreur de fond - décrite par Stefanini - que la primaire réglerait tous ses problèmes.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.