Le « virus Macron » a la vie dure. Contrairement au Covid, on connaît parfaitement tous ses symptômes et ses séquelles : il pousse presque tout un chacun à s’imaginer présidentiable ett à croire que l’on peut arriver à l’Élysée presque sur un malentendu.

Alors évidemment je grossis le trait, mais l’idée c’est de se dire qu’aujourd’hui il n’y a plus besoin d’avoir un passé militant, d’avoir enchaîné les mandats, d’abord locaux, puis nationaux… Mais qu’il peut suffire de correspondre à un moment, à une parenthèse, pour remporter le suffrage des Français, et être propulsé à la magistrature suprême après une campagne éclaire.

Et ce fameux virus a-t-il touché tant de monde que ça ?

D'abord, il y a ceux qui sont immunisés contre ce virus-là. C’est ceux que l’on appelle « la classe politique », puisque, eux, ils ont, par définition toujours fait partie du sérail.

Et puis il y a les populations les plus exposées, les plus à risque face à ce virus, cette fois ce sont celles qui sont en dehors des partis et en dehors du système.

Récemment, on a assisté à plusieurs exemples de contaminations. Il y a eu les « gilets jaunes », qui ont cru en leur leader éphémère Eric Drouet. Il y a eu l’humoriste Jean-Marie Bigard, qui a finalement renoncé…

Le cas le plus parlant c’est celui du général Pierre de Villiers.

Vous savez, l’ancien chef d’état-major des armées, qui a démissionné de manière fracassante à l’été 2017 après un désaccord budgétaire avec Emmanuel Macron.

Aujourd’hui, le militaire n’exclut pas de se lancer dans une carrière politique pour 2022. Il a publié trois livres à succès en trois ans, dont un ce mois-ci.

Et surtout, un sondage paru cette semaine indique qu’environ 20% des Français seraient prêts à voter pour lui s’il était candidat à l’Élysée… Ajoutez à cela que certains parlent de lui comme d’une bulle, et plus aucun doute sur le diagnostic : on est bien face à un « virus Macron ».

Et pour tous les autres candidats, quel est le diagnostic ?

Il n’y a pas que le « virus Macron », il y a aussi le virus de la politique tout court. Celui-là, il est nettement plus ancien. Il a fait beaucoup plus de victimes. Vous les connaissez, ce sont les Jean-Luc Mélenchon, les Marine Le Pen, les Nicolas Dupont-Aignan…

Ces personnalités, elles peuvent parfois être très différentes sur le plan politique. Mais elles ont toutes un point commun : leurs nombreuses défaites ne les ont toujours pas vaccinées…

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.