Par Charlotte Chaffanjon, journaliste politique à l'hebdomadaireLe Point

Les jours d’Harlem Désir à la tête du PS sontcomptés. Mais que s’est-il passé ?

Harlem Désir
Harlem Désir © Radio France / Anne Audigier

Il faut dire que le patron du PS a fait fort devant les caméras ce week-end en se démarquant de François Hollande dans l’affaire Leonarda. Pour mémoire : le Président a proposé à la jeune fille de rentrer seule du Kosovo, Désir a répliqué en disant qu’il fallait aussi accueillir sa mère et ses frères et sœurs.

Le Président recadré par le patron de son propre parti, c’est pour le moins cocasse. Les socialistes disent « surréaliste, inouï, d’une naïveté confondante ». Mardi, lors de la réunion du groupe PS à l’Assemblée, lorsque Bruno Le Roux a proposé à Harlem Désir de prendre la parole, il y a carrément eu un mouvement de protestation dans la salle. Des députés ont lâché : « non non ce n’est pas la peine ! »

Quelle mouche a piqué Harlem Désir pour qu'il s'oppose aussi radicalement au chef de l'Etat ? Il ne faut pas exclure que ses convictions aient dicté son comportement. Ca arrive en politique. Harlem Désir, c’est l’ancien leader de SOS Racisme. L’affaire Leonarda a sans doute réveillé l’âme du militant. Il y a une autre hypothèse, plus tordue mais qu’il ne faut pas exclure. « C’est qu’il vaux mieux être viré par audace que par nullité ». Là je reprends l’expression d’un député. Comprendre que Harlem Désir, sachant ses jours comptés, a voulu habiller son départ de courage.

Harlem Désir ne va pas rester à la tête du PS. « Ce week-end, il a signé la fin de son bail », me disent plusieurs élus socialistes. Mais pour être honnête, son temps est compté depuis longtemps. Harlem Désir ne donne pas satisfaction. La question c’est de savoir quand l’Elysée l’exfiltre. Pour le coup, les dix jours catastrophiques que vient de vivre le pouvoir jouent en sa faveur. Aujourd’hui la priorité, c’est de calmer le jeu. Donc, sauf nouvelles provocations, Harlem Désir va rester en place jusqu’au mois de mai. En revanche, après les élections européennes, il sortira. Sans doute au profit d’un proche du Président. Au PS, on rigole bien en adaptant le slogan de Ségolène Royal à Harlem Désir. Cela donne : « Désir pas d’avenir ».

Qui soutient Harlem Désir ? Il fallait être à Marseille ce week-end, pour trouver un soutien fervent, convaincu, absolu d’Harlem Désir . Je parle deSamia Ghali. Très en colère d’avoir perdu dimanche soir face à Patrick Mennucci à la primaire qui désignait le candidat du PS aux municipales, elle a tout de même tenu à remercier Harlem Désir :

Vous savez, Samia Ghali avait menacé de quitter le PS si elle perdait. Alors en l’entendant, Patrick Mennucci, qui a gagné et qui est donc maintenant le candidat du PS a la mairie de Marseille – celui qui doit rassembler donc – a poussé un ouf de soulagement. « Elle ne va pas quitter le PS alors qu’elle est la seule personne au monde à rendre hommage à Harlem Désir ! », s’est-il exclamé devant quelques journalistes. Le problème, c’est que Samia Ghali, deux minutes avant cette déclaration, avait laissé ses sympathisants huer François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Je ne suis pas sûre que ce soit un cadeau pour Harlem Désir !

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.