Un documentaire passionnant ! Ce film s’appelle « Un temps de président ». Le réalisateur, c’est Yves Jeuland. Il a filmé François Hollande dans les coulisses de l’Elysée pendant 6 mois.

Salon Pompadour, Palais de l'Élysée
Salon Pompadour, Palais de l'Élysée © G.Garitan

Le film sort lundi sur France 3. Mais je ne peux pas résister, je vais vous raconter une scène, incroyable. Le Président se trouve dans sa voiture. Soudain, son garde du corps lui tend un téléphone. Hollande regarde : il découvre un tweet, qui annonce la sortie du livre de Valérie Trierweiller. On le voit encaisser le choc. Mais il ne dit rien. Il ne montre rien. Alors, il fait quoi ? Il se plonge dans la lecture de la… UNE de l’Equipe. Un titre, une photo, rien à lire… Mais le Président fait semblant.

C’est un moment fascinant. En une seule scène, Yves Jeuland nous montre toute la violence et la solitude du pouvoir.

Hollande dit qu’il n’a rien à cacher. Dès 2012, il a ouvert grand les portes de l’Elysée. Il y a eu des films, des livres, et même une BD. Alors, il ne faut pas s’y tromper, cette transparence fait partie d’une stratégie de communication. Le Président est très impopulaire. Ouvrir l’Elysée, c’est se rapprocher des Français. Essayer de restaurer son image.

C’est souvent le cas : plus le pouvoir s’échappe, plus la tentation est grande de le mettre en scène.

Cette mise en image du pouvoir, on avait déjà connu cela avec Nicolas Sarkozy. Il y avait eu ce documentaire sur sa campagne de 2012. Le film s’appelle « Campagne intime ». C’était drôle, on voyait Sarkozy regarder chez lui un match du PSG. Et puis passer une tête dans la cuisine pour demander à Carla : « Tu me prépares un petit café, ma chérie ? »

On a beaucoup dit que cette exhibition avait été initiée par Sarkozy. Eh bien, c’est faux. La mise en scène des politiques, y compris dans l’intimité, a toujours existé. Il faut revoir le film de Pierre Desgraupes sur Pompidou. On y trouve des scènes absolument incroyables. On voit Georges et Claude Pompidou siroter un whisky dans leur salon. Parler de leurs tableaux de maître. On voit Georges habiller Claude, avant un diner mondain. On les voit même se chamailler. Des scènes qu’on ne verrait plus aujourd’hui.

Qu'est-ce que Hollande a pensé du documentaire de Jeuland ? J’étais avec le Président à Tanger le week-end dernier. On lui a demandé ce qu’il en avait pensé. On a tous été un peu surpris : il a réfléchi longtemps… Et puis, il a fini par lâcher un mot : « intéressant… ». Ce n’était pas un enthousiasme débordant !

Il faut dire que ce film est parfois dévastateur pour la politique. Il y a une scène où l’on voit le Président déjeuner avec ses conseillers. C’est un 31 décembre. Ils parlent des vœux que le Président doit prononcer. On est sous les ors de l’Elysée, le déjeuner a l’air sublime, on entend les mastications, les bruits de fourchettes… Et puis, Hollande dit : « Ce soir, je vais parler des drames. Il y a eu un accident d’avion terrible. Un paquebot en feu. Je vais parler aussi des SDF. »

C’est tout le problème avec l’image : ça ne pardonne pas.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.