Par Nathalie Schuck

Vous nous racontez qu'on s'est tous trompés en opposant Manuel Valls à Emmanuel Macron. Car son vrai rival, dites vous, est ailleurs...

Oui, stop, on arrête tout ! Ca fait des semaines qu'on glose, moi compris, sur la rivalité entre le Premier ministre et le patron de Bercy, et il semblerait bien qu'on se soit tous plantés. Le véritable adversaire de Valls est ailleurs, et il pèse autrement plus lourd. Ce n'est pas un homme, c'est une femme. Son nom : Anne Hidalgo. C'est un Vallsiste qui me le disait pas plus tard qu'hier : « A la primaire socialiste de 2021, c'est sûr qu'on aura un Catalan contre une Andalouse ». Je peux vous dire que, du coup, le Premier ministre a des yeux et des oreilles en Ile-de-France. Un haut responsable francilien des Républicains me disait il y a quelques jours en OFF : « La vraie guerre en Ile-de-France, c'est celle qui oppose Valls à Hidalgo. Et c'est une guerre à mort ! »

Anne Hidalgo
Anne Hidalgo © REUTERS/Stephane Mahe

Vous voulez dire qu'Hidalgo pense à l'Elysée pour 2022 ?

Elle jure que non. Mais au PS, c'est un secret de Polichinelle qu'elle se verrait bien devenir la première femme présidente de la République et réussir là où Martine Aubry n'a pas tenté d'aller. Un ténor du PS me décrivait son plan de bataille : récupérer les JO de 2024, qui seront attribués en 2017, se représenter à Paris en 2020 et se lancer à l'assaut de la primaire du PS en 2021. Si elle se faisait réélire, elle deviendrait une rivale très dangereuse pour Valls, à la tête d'une ville de 2,2 millions d'habitants qui brasse un budget de 8 milliards d'euros. Autant dire une fantastique base arrière pour un candidat. Alors que Valls, lui, n'a pas de base de repli après Matignon, à part sa ville d'Evry.

C'est vrai qu'elle ne se prive pas de critiquer le gouvernement...

Oui, et ça agace prodigieusement le Premier ministre. Ecoutez ce qu'il disait en OFF quand elle avait critiqué l'expulsion de la famille de Leonarda, quand elle était encore candidate à la mairie de Paris : « Là, tout de suite, j'ai moins envie qu'elle gagne ! » Depuis qu'elle a pris les commandes de la première ville de France, Hidalgo fait entendre sa petite musique sur le mode frondeuse. La déchéance de nationalité ? Contre ! La loi Travail ? Contre aussi. Très stratège, elle s'est mis dans la poche les communistes, les écolos, mais aussi Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy. Ces derniers jours, elle nous a même fait du Chirac en promettant aux Parisiens qu'ils se baigneront dans la Seine en 2024. Chirac, vous vous souvenez ? Celui qui est passé directement de la case Hôtel de ville... à l'Elysée.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.