Par Marcelo Wesfreid

Ce soir a lieu le rassemblement « Hé oh la gauche ». C'était à l'origine une réunion de Hollandais historiques. C'est en train de devenir un meeting anti-Macron. J'étais jeudi avec Stéphane le Foll, le ministre de l'Agriculture qui organise cette riposte.

A gauche, vous pouvez ouvrir n'importe quel débat, ça finit par parler de Macron. Ce n'est pas le Godwin , c'est le point Macron. Tout tourne autour de ça.

Figurez vous donc que jeudi dernier, Stéphane le Foll, le plus hollandais des ministres, a réuni trente journalistes au Ministère de l'Agriculture. Il a mis les petits plats dans les grands, avec des petits fours et des serveurs, pour nous parler de « Hé oh la gauche », le rassemblement de ce soir, pour défendre le bilan du gouvernement.

En tout cas, devant la presse, Le Foll a expliqué l'idée de son mouvement : « On ne peut pas continuer à ne pas défendre ce qu'on fait. Si, on le fait pas nous, qui va le faire? » Et c'est vrai que l'auto-promo, c'est pas le fort des socialistes. Mais à peine son introduction terminée, les questions ont fusé. Exclusivement sur Emmanuel Macron.

Première question : est-ce que Macron sera présent ?

Deuxième question ? Il dit qu'il n'est pas « l'obligé » de François Hollande. Qu'en pensez vous?

Stéphane le Foll s'est servi un verre de blanc. Et s'est un peu lâché sur Macron – comme d'ailleurs tous les membres du gouvernement actuellement. « Il faudra qu'il s'explique ». « Nous, on veut montrer de lacohérence, c'est pas la même démarche ».

Alors, Macron ne sera pas là ce soir. Ni Manuel Valls. En revanche, il y aura 21 ministres. Enorme. En fait, beaucoup de personnalités qui nepensaient pas assister à l'événement sont maintenant hyper mobilisés. Révulsées, en quelque sorte, par Macron... Un exemple : Najat Vallaud Belkacem, la Ministre de l'Education. Elle était un peu planquée, ces derniers temps : elle sera l'une des oratrices ce soir.

Le Foll nous a juré qu'il n'avait pas dit un mot de cette petite sauterie à Hollande. C'est évidemmen tun mensonge. En revanche, ce qui apparaît, c'est que ce n'est pas le Président qui a orchestré cette contre-offensive.

« Hé oh la gauche », c'est une idée imaginée à la base par quelques hollandais historiques.

Il y aura un autre meeting le 17 mai dans le Nord. Ce qui aurait dû être un fan club un peu ringard se transforme en riposte anti-Macron. Cela fait les affaires de Hollande. Comme quoi, en politique, il faut toujours se méfier des vieux grognards.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.