Par Marcelo Wesfreid

Ce soir a lieu le rassemblement « Hé oh la gauche ». C'était à l'origine une réunion de Hollandais historiques. C'est en train de devenir un meeting anti-Macron. J'étais jeudi avec Stéphane le Foll, le ministre de l'Agriculture qui organise cette riposte.

A gauche, vous pouvez ouvrir n'importe quel débat, ça finit par parler de Macron. Ce n'est pas le Godwin , c'est le point Macron. Tout tourne autour de ça.

Figurez vous donc que jeudi dernier, Stéphane le Foll, le plus hollandais des ministres, a réuni trente journalistes au Ministère de l'Agriculture. Il a mis les petits plats dans les grands, avec des petits fours et des serveurs, pour nous parler de « Hé oh la gauche », le rassemblement de ce soir, pour défendre le bilan du gouvernement.

Passons sur le fait de savoir si ce genre de retape doit se faire ou non dans un Ministère, sur les deniers publics...

En tout cas, devant la presse, Le Foll a expliqué l'idée de son mouvement : « On ne peut pas continuer à ne pas défendre ce qu'on fait. Si, on le fait pas nous, qui va le faire? » Et c'est vrai que l'auto-promo, c'est pas le fort des socialistes. Mais à peine son introduction terminée, les questions ont fusé. Exclusivement sur Emmanuel Macron.

Première question : est-ce que Macron sera présent ?

Deuxième question ? Il dit qu'il n'est pas « l'obligé » de François Hollande. Qu'en pensez vous?

Stéphane le Foll s'est servi un verre de blanc. Et s'est un peu lâché sur Macron – comme d'ailleurs tous les membres du gouvernement actuellement. « Il faudra qu'il s'explique ». « Nous, on veut montrer de lacohérence, c'est pas la même démarche ».

Alors, Macron ne sera pas là ce soir. Ni Manuel Valls. En revanche, il y aura 21 ministres. Enorme. En fait, beaucoup de personnalités qui nepensaient pas assister à l'événement sont maintenant hyper mobilisés. Révulsées, en quelque sorte, par Macron... Un exemple : Najat Vallaud Belkacem, la Ministre de l'Education. Elle était un peu planquée, ces derniers temps : elle sera l'une des oratrices ce soir.

Le Foll nous a juré qu'il n'avait pas dit un mot de cette petite sauterie à Hollande. C'est évidemmen tun mensonge. En revanche, ce qui apparaît, c'est que ce n'est pas le Président qui a orchestré cette contre-offensive.

« Hé oh la gauche », c'est une idée imaginée à la base par quelques hollandais historiques.

Il y aura un autre meeting le 17 mai dans le Nord. Ce qui aurait dû être un fan club un peu ringard se transforme en riposte anti-Macron. Cela fait les affaires de Hollande. Comme quoi, en politique, il faut toujours se méfier des vieux grognards.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.