Renaud Dély s'est penché sur la façon dont Emmanuel Macron s’occupe de l’électorat catholique

Par Renaud Dély.

Le chef de l’État se rend demain en visite officielle au Vatican. Il y sera bien sûr reçu par le pape François. Emmanuel Macron se verra même remettre le titre de chanoine du Latran, qui revient traditionnellement aux présidents français, mais que François Hollande avait délaissé. Et, il faut bien le dire, ce déplacement couronne une année de lune de miel entre Emmanuel Macron et les catholiques français.

Pourtant, à l’origine, le candidat Macron n’était pas très soutenu par l’électorat catholique…

Non, à la présidentielle, les pratiquants réguliers avaient très nettement penché pour François Fillon. Selon une enquête Harris Interactive, le candidat de la droite y avait recueilli 44 % des voix contre seulement 16 % pour Emmanuel Macron. Mais devenu chef de l’État, Macron s’est rattrapé. Il a reproché à son prédécesseur d’avoir humilié "La Manif pour tous" et il a déploré que le lien entre l’Église catholique et l’État se soit  « abîmé ». Il a aussi expliqué que les catholiques étaient la « sève » de la France et il les a exhorté à importer leur foi dans l’engagement politique.

Emmanuel Macron est donc aux petits soins avec les catholiques, mais pourquoi ? 

D’abord parce qu’il est croyant, et même un peu mystique. Et puis il s’appuie sur de très bons connaisseurs du monde catholique, comme sa plume Sylvain Fort, l’écrivain François Sureau, ou le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui, à Lyon, est dans les meilleurs termes avec Monseigneur Barbarin. Résultat, Macron a affiché à plusieurs reprises sa complicité avec Philippe de Villiers, figure respectée par les catholiques les plus conservateurs. Jusqu’au drame… de la Fête de la Musique. Pour avoir accueilli à l’Élysée une soirée techno, Macron s’est attiré hier soir un tweet furieux du vicomte vendéen qui y a vu : « une insulte au cœur de la France ! » Rien que ça… Allez, pour le 14 juillet, une soirée de cantiques sur le perron de l’Élysée et il n’y paraîtra plus…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.