Par Solenn De Royer

Vous avez rencontré Laurent Stefanini, le chef du protocole de la République, un diplomate qui vient de quitter son poste…

C’est un personnage assez fascinant, Éric. Totalement méconnu du grand public, mais rouage indispensable de la République ! Quand François Hollande se déplace à l’étranger, il est toujours là, deux pas derrière le Président. C’est le grand ordonnateur des VO , comme on dit dans notre jargon : les voyages officiels. Laurent Stefanini a fait son pot de départ, vendredi à l’Élysée. Hollande a rappelé que c’était LUI qui avait guidé ses premiers pas vers la flamme de l’Arc de Triomphe, le 8 mai 2012. C’était sa première apparition en tant que Président élu. Il n’oubliera pas.

Laurent Stefanini a occupé cette fonction pendant six ans. Il a donc travaillé pour Nicolas Sarkozy ET François Hollande…

Oui, c’est le propre des grands serviteurs de l’État. Avec François Hollande, il a fallu s’adapter… il n’avait jamais été ministre et connaissait mal le protocole. Il y a eu cette première visite aux États-Unis. Pour le G8, en mai 2012. Obama recevait dans sa résidence secondaire, à Camp David. Et le mot d’ordre du protocole américain, c’était : « CASUAL » , décontracté. Dans l’hélicoptère qui descend sur Camp David, Stefanini dit à Hollande : « Mr le Président, vous pouvez enlever votre cravate... » Eh bien…. Hollande a refusé ! C’était la première fois qu’il rencontrait les grands de ce monde. Il voulait que ce soit en grande tenue ! Pour faire bonne impression, qui sait ?

Il a été le SEUL à ne pas être COL OUVERT

L’ancien chef du protocole vous a-t-il dévoilé les petits secrets des réunions au sommet ?

Depuis six ans, il a tout noté. Je peux vous dire que ses carnets valent de l’or ! Je lui ai demandé quel était son meilleur souvenir : l’anniversaire du débarquement, le 6 juin 2014, en Normandie. Les 20 Chefs d’Etat étaient rassemblés au Château de Bénouville. Stefanini avait une mission : il a dû exfiltrer discrètement Merkel, Poutine et le président ukrainien, pour une réunion secrète avec Hollande ! Ça n’a pas été une mince affaire !

Il a aussi un regret. C’était au Kasakhstan, en 2014. Le président kasakh avait offert une chapka à Hollande… vous savez, cette coiffe traditionnelle en fourrure. La photo a suscité l’hilarité des réseaux sociaux. Le regret de Laurent Stefanini : ne pas avoir été à côté de Hollande, pour lui souffler : « Surtout ne faites pas ça, Mr le Président ! »

Un chef du protocole, n’est-ce pas une fonction un peu désuète aujourd’hui ?

On croit souvent que la modernité doit passer par le tabula rasa . C’est une erreur ! Le protocole, c’est aussi l’image de la France. Et si le protocole honore et protège le Président, il honore et protège AUSSI la République.

Finalement en ces temps troublés, il nous reste les institutions. Et ce n’est pas si mal !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.