le fn en tête des intentions de vote pour les municipales à fréjus
le fn en tête des intentions de vote pour les municipales à fréjus © reuters

La meilleure chance du FN aux municipales, ce sont ses adversaires.

Comme c’est souvent le cas pour les extrêmes. Ils bénéficient d’un vote de contestation, ils engrangent sur la colère. Vu le contexte, ça sent la bonne opération pour le FN qui pourraient remporter des villes comme Brignoles, Fréjus ou Hénin-Beaumont. Parce que le pouvoir est impopulaire comme jamais. Contrairement à ce qu’avait dit François Hollande, les résultats de sa politique ne se font toujours pas sentir dans la vie quotidienne. Quant à l’UMP, elle est empêtrée dans sa guéguerre interne, dans ses contradictions de fond. Le bilan de tout ça, c'est que l’électorat de gauche est déçu et l’électorat de droite est perdu.

Cela inquiète évidemment l'UMP et le PS et de gauche à droite, ils plaident pour démonter les arguments du FN, irréalistes économiquement, dangereux socialement. Mais la réalité, c'est qu'à un mois des municipales, au PS, ils sont accaparés par le pacte de responsabilité. On a l'impression qu'ils discutent plus avec la tête du Medef qu'avec leur base sympathisante. Et à l’UMP, Jean-François Copé entraîne son parti dans des polémiques étonnantes , risquées, même, alors que c’est bien à droite qu’ils sont les plus nombreux à être tentés par le FN. La dernière sur le livre Tous à poil rappelle la précédente sur les pains aux chocolats arrachés à l'école.

Autant dire que le FN n'est pas très inquiété. Marine Le Pen laboure le terrain sans rencontrer de véritable contradicteur, sans être jamais réellement mise en difficulté. Arnaud Montebourg est allé débattre avec elle sur BFM dimanche. Mais c'est largement insuffisant pour permettre au plus grand nombre de décrypter le programme du FN.

Tout cela donne le sentiment vertigineux que depuis 30 ans, les principaux partis tournent en rond autour d'un OVNI, le FN, qu'ils ne savent pas par quel bout prendre. Ecoutez à ce propos, ce jeune député socialiste, Alexis Bachelay, qui vient d’écrire un petit livre : « le guide anti FN ». C'était sur I> Télé, le 8 février dernier :

__ **La loi Florange adoptée lundi est justement de nature à rassurer l’électorat de gauche tenté de voter pour les extrêmes.** Cette loi, qui va imposer à un groupe de plus de 1000 salariés de trouver un repreneur pour un site qu’il veut céder, c’est un tout petit pansement sur une blessure profonde. Florange ne sera politiquement jamais rien d’autre que le souvenir d’une trahison. Souvenez-vous : Arnaud Montebourg défendait la nationalisation temporaire du site, finalement rejetée par Jean-Marc Ayrault. Pour les salariés, Florange est alors devenu, comme Gandrange l’avait été pour Nicolas Sarkozy, le symbole de l’abandon de François Hollande. Et un an et demi après, oui, il y a cette loi à l’Assemblée. Il y a surtout au moins 15 listes FN présentes au premier tour des municipales en Moselle. Et c’est un record.
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.