Emmanuel Macron recevait hier à Paris le président irakien Barham Saleh. Et le jour même, François Hollande était en visite en Irak. Le chef de l’État a été interrogé sur les raisons du déplacement de son prédécesseur.

Il a répondu que c’était un voyage privé, que ce voyage de François Hollande n’engageait en rien la diplomatie française. Emmanuel Macron a répondu d’un ton qui se voulait neutre, comme pour minimiser un sujet. Seulement, intérieurement, cela devait bouillir ; car c’est maintenant une sorte d’habitude. François Hollande fait tout ce qu’il peut pour parasiter l’action de son successeur. 

Il y a quelques jours, Hollande effectuait une tournée au Sahel et dans le Sahara. Il a rencontré trois présidents africains en exercice. La semaine prochaine, il sera au Liban. Une sorte de diplomatie parallèle. Et quand il est en France, il a la bougeotte. Il sera demain matin au salon de l’agriculture puis l’après-midi dans un lycée à Vierzon pour parler d’Europe devant 200 jeunes. Puis à Nancy jeudi, devant d’autres jeunes.  

Emmanuel Macron est l'obsession de François Hollande

Il le provoque mais, attention, à distance. Au dîner du CRIF, il y a une semaine. François Hollande est arrivé tout sourire, a participé au cocktail, et puis à 20 heures pile, on l’a vu partir presqu’en courant du Carrousel du Louvre. Il n'avait tout simplement aucune envie de croiser Emmanuel Macron. Non, François Hollande préfère la guéguerre par procuration. Et pour cela, il pousse son ex premier ministre Bernard Cazeneuve à sortir de la tranchée. Bernard Cazeneuve est d’une fidélité totale. Il défend, lui le bilan, de l’ère hollande. Et autre avantage: il déteste Macron, qu’il trouve imbu de lui-même, sans cohérence, trop libéral. Hollande et Cazeneuve partagent l’analyse que l’espace social-démocrate est encore sans leader, et qu’il y a donc un coup à jouer.  

Hollande rêve-t-il de redevenir président ?   

Au fond, il ne se fait guère d’illusions. En revanche il y a une campagne qu’il veut mener et gagner, c’est celle pour sa propre réhabilitation. La politique, ca se résume souvent à une thérapie pour grands brûlés.  Alors, Hollande prépare une nouvelle édition de son livre avec de nouveaux chapitres, histoire d’envoyer une ou deux nouvelles piques. Il se délecte d’ailleurs de voir Macron enlisé dans la crise des gilets jaunes. Et il multiplie les conférences rémunérées, alors qu’il avait juré de ne pas en faire. 

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.