Le paradoxe de ce drôle de président qui défend souvent la Liberté avec courage à l’extérieur, mais qui grignote aussi nos libertés à l’intérieur. Avec, toujours, de bonnes intentions, mais chacun sait que l’enfer en est pavé.

On commence par le côté positif

Emmanuel Macron est l’un des rares, sinon le seul chef d’Etat européen à se dresser vraiment contre Erdogan, son expansionnisme, et son national-islamisme décomplexé.

Macron défend aussi une certaine idée de la liberté d’expression, notamment sur le blasphème, alors que de nombreux pays occidentaux se couchent sur ce sujet. Soit parce qu’ils ne partagent pas notre conception de la laïcité, soit par lâcheté face à l’islamisme ou bien face au politiquement correct. Justin Trudeau, le premier ministre canadien, mérite à cet égard un prix Nobel de couardise. Macron, lui, ne cède pas, et c’est à son honneur.

Mais curieusement, cette passion pour la liberté connaît des trous d’airs, notamment dans sa politique intérieure....

La suite à lire...

L'équipe
Thèmes associés