L'imagine-t-on, notre jupiterien président, haranguer la foule avec des slogans du style "il est interdit d'interdire"?

Par Etienne Gernelle

L'imagine-t-on, lui, l'apôtre de la "verticalité " s'essayer au lancer de pavé ? 

Evidemment, la polémique traditionnelle refait surface. Les pour et les contre mai 68 refont le match. Mais tous oublient une donnée fondamentale à propos de Macron : une grande partie de sa matrice intellectuelle correspond à une logique générationnelle. Cela s'entend déjà dans son vocabulaire : le " monde ancien" contre le "monde nouveau".

C'est la cas au sujet de l'Europe, dont la refondation ne peut être, dit-il, que l'œuvre de "notre génération". Et même dans la politique fiscale, qu'il entend rééquilibrer en faveur des actifs, et donc plutôt en défaveur des retraités. 

En outre, mai 68 à représenté l'irruption des baby-boomers, qui occuperont longtemps les postes de pouvoir, au détriment de la génération de 1945, qui avait auparavant longtemps dominé.

Pour Macron, célébrer mai 68 est un moyen d'annoncer un nouveau changement de génération

Il y a neuf ans, Macron, était  inspecteur des finances. Il avait rédigé un rapport sur les inégalités inter générationnelles. Je travaillais à l'époque sur le sujet et j'étais allé le voir. J'ai retrouvé pour vous l'article, dans lequel il était cité datant du 1er mai 2008.

Il parlait spécifiquement du long règne des baby-boomers aux postes de pouvoir : et voici ce qu'il disait

Le plus dur est pour la génération intermédiaire : celle des quadras-quinquas. Lorsque les baby-boomers lâcheront le volant, ceux-là seront déjà trop vieux. C'est la génération prince Charles. 

Et certains pourraient voir aujourd’hui Manuel Valls en Prince Charles... 

Voici pour la matrice générationnelle. Mais ne nous y trompons pas. Le mai 68 de Macron n'est pas du style " il est interdit d'interdire". Il ressemblerait plutôt au modernisme libéral des années Giscard. N'oublions pas que si les les barricades étaient en 68, les vrais changements sociétaux ont eu lieu plus tard, en 1974,1975, avec l'IVG, majorité à 18 ans, etc. Sous les pavés, Giscard...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.