Le cas Moscovici : le ministre de l’Economie et des finances est « à la peine ». Pourquoi ?

pierre moscovici tente d'amadouer le patronat
pierre moscovici tente d'amadouer le patronat © reuters

C’est le grand perdant de la remise à plat de la fiscalité annoncée par Jean-Marc Ayrault. Parce qu’il n’était pas au courant. C’est quand même une sacrée humiliation quand on est ministre de l’Economie et des Finances ! Ce qu’a fait le Premier ministre est simple : Ayrault s’est refait une santé sur le dos de Moscovici, avec l’accord de François Hollande. En prenant en main le dossier, plus question pour lui de quitter Matignon dans les mois à venir. Depuis, Moscovici la joue silence radio. Il faudra regarderDes paroles et des actes demain soir sur France 2 pour l’entendre : il est l’invité et ce sera peut-être l’occasion pour lui de remettre les pendules à l’heure.

D’autant que les ennuis de Pierre Moscovici ne datent pas de l’annonce de Jean-Marc Ayrault…

Pierre Moscovici n’a pas eu beaucoup de chance depuis qu’il est à Bercy. D’abord, il hérite d’une situation économique désastreuse. Au début du mandat, il confiait que son ancien mentor DSK, avait eu plus de chance puisqu’il avait géré les finances du pays lorsque la croissance était positive. « Moi si je n’y arrive pas, on va me livrer aux chiens » poursuivait Moscovici. Et puis, il s’est retrouvé empêtré dans l’affaire Cahuzac, vécu par lui comme un véritable cauchemar. Sans compter la guerre avec son ministre délégué Arnaud Montebourg… Alors Moscovici a commencé à raconter qu’il n’était pas contre s’exiler... à Bruxelles par exemple. Dans le JDD, début septembre, il disait « la commission est un job magnifique. »

Pour l’instant, il est toujours ministre, même si certains commencent à en douter. L’un des sept autres ministres de Bercy racontait récemment n’avoir vu Moscovici en tête à tête depuis le début du mandat que trois fois… Et encore, à sa demande… Ca ne va pas en s’arrangeant. Un député souffle que « Bercy ne répond plus » : « il n’y plus d’abonnés au numéro demandé » ironise l’élu, alors que l’Assemblée vient d’achever l’examen du projet de loi de finances 2014. Pierre Moscovici a d’ailleurs peu participé aux débats.

Il y a même une semaine où il n’est venu qu’une seule fois, pour l’examen d’un amendement sur… la fiscalité des animaux domestiques !

Dans les rangs socialistes, on évoque déjà un amendement Hamlet. Hamlet, comme le chat de Pierre Moscovici.

Que vient faire un chat dans cette histoire ? Le chat de Moscovici est une petite star. Sa jeune compagne, Marie-Charline, raconte la vie d’Hamlet sur Twitter. Mais pas seulement. Grâce à elle, on peut ainsi entrevoir l’intimité du ministre. Suivre les différentes étapes de l'écriture de son livre « Mes combats » qui est paru en octobre. Tout cela est très sympathique, mais en pleine crise, les socialistes se demandent si le patron de Bercy ne devrait pas être un peu plus discret sur sa vie privée et un plus présent sur les dossiers…

Même si le principal intéressé, lorsqu’il parle d’Hamlet, tient à rassurer sur son action. C’était en septembre, au Grand Journal sur Canal Plus :

« Ne croyez pas que je me pose tous les jours la question être ou ne pas être, agir ou ne pas agir… Quand on est ministre des finances, on n'a pas le temps de se poser ce genre de questions, on n'a pas le droit. »

Quel rapport François Hollande entretient-il avec son ministre de l’économie et des finances ?

« Hollande apprécie beaucoup Moscovici pour ses relations européennes et internationales » assure un ami du Président. La complicité Hollande-Moscovici est très ancienne. Ils ont donné des cours à Sciences Po ensemble avant d’écrire un livre, en 1991, L’heure des choix . Aujourd’hui rien ne va plus. « Moscovici ne fait pas de faute, mais il n’imprime pas » confie Hollande à ses visiteurs. Bref, il y a de fortes chances pour que Moscovici ne soit plus patron de Bercy après le prochain remaniement, peut-être après les européennes. Un ami du président l’assure : « On le fera partir ».

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.