C'est un anniversaire qu'Alain Juppé aimerait bien oublier. Pas celui de ses 70 ans (c'était cet été), mais celui des 20 ans de sa réforme.

alain juppé conforte sa position de leader potentiel de l'ump
alain juppé conforte sa position de leader potentiel de l'ump © reuters

On fête beaucoup d'anniversaires cette année : les dix ans des émeutes en banlieue, les 200 ans de Waterloo, mais on en a oublié un : l'anniversaire d'Alain Juppé !Cela fait vingt ans pile que des millions de Français ont défilé pour dire « non, non, non » au plan Juppé, « tous ensemble » contre la réforme des retraites et de la Sécu. Trois semaines durant, le pays bloqué, les trains à quai, le métro paralysé, les plus grandes manifs depuis Mai 1968 !

Vingt ans après, est-ce qu'Alain Juppé a changé ? Est-ce qu'il est toujours cet énarque austère, autoritaire, cassant ? A l'époque, son petit surnom c'était « Amstrad », plus froid et glacial qu'un Minitel...

La réponse, c'est plutôt non. Même ses amis le disent en off : «On ne le changera pas, Alain, il est comme ça ! C'est pas le type avec qui vous allez taper le carton sur la route des vacances ».

J'ai interrogé les fameuses « Jupettes », ces huit femmes ministres débarquées sans ménagement (Elisabeth Hubert, Nicole Ameline, Françoise de Panafieu, etc). L'une d'elles me disait : « A l'époque, Juppé, il avait oublié de sourire ». Et il y en a un autre qui n'a pas digéré.

On l'a un peu oublié, mais au milieu des « Jupettes », il y avait un « Jupon » : François Baroin, qui était aussi dans la charrette. Il en veut toujours à Juppé de l'avoir viré et, tout chiraquien qu'il est, il soutient Nicolas Sarkozy pour 2017. Et c'est tout le pari des sarkozystes : que plus on va entrer dans la castagne de la primaire, plus le vrai Juppé va se révéler, plus le « bobo de Bordeaux » va céder la place à « Papy Danielle », comme certains à droite l'appellent.

Cela a déjà un peu commencé. Un exemple: au printemps, des étudiants ont demandé à Juppé comment il appellerait son chien à l'Elysée. Vous savez ce qu'il a répondu ? Qu'il appellerait son chien « Nico » !

Quel souvenir Juppé garde-t-il de 1995 ? Officiellement, il jure que ça n'est pas un traumatisme. Mais en petit comité, il parle volontiers d'un « mauvais souvenir ». La preuve, fin septembre son inconscient a parlé, avec un lapsus qui est passé quasiment inaperçu. C'était pour les 30 ans des Restos du Cœur. Juppé a posté cetweet , qui a été corrigé depuis: « 1995, je rencontrais Coluche ». Pas de bol pour lui, le comique préféré des Français était décédé neuf ans plus tôt.

C'est ce qu'on appelle un magnifique acte manqué !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.