Retour sur la campagne de Laurent Wauquiez, entre tortue de La Fontaine et jedi de Star Wars.

Par Marion Mourgue.

Hier pendant qu’on avait tous les yeux braqués sur l’Assemblée nationale pour regarder les nouveaux députés faire leur rentrée, une autre scène tout aussi politique se jouait dans le XVIème arrondissement.

Direction un restaurant italien qu’adore Nicolas Sarkozy, le Bellato. Et justement à l’heure du déjeuner, les clients ont vu arriver Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez. Pour un déjeuner en tête à tête qui évidemment n’avait rien de neutre dans le contexte actuel. Ce rendez-vous avec Nicolas Sarkozy intervient trois jours après une interview féroce de Xavier Bertrand dans le JDD critiquant la ligne Wauquiez, et à quelques mois de la campagne pour la présidence des Républicains.

Si officiellement, Laurent Wauquiez n’est candidat à rien, officiellement, il ne pense qu’au parti. Hier il me confiait en privé que pour lui c’est un beau combat. Car dit-il « on part de rien, tout semble mort » après la défaite à la présidentielle « mais toute forme d’espoir n’est pas perdue ».

A l’entendre, je me suis demandée si Laurent Wauquiez se voyait en Jedi de la politique française. Il semble bien. Car il a ajouté dans notre conversation : « Quelque part, au fond de la galaxie, survit un petit camp irréductible !  » Vos avez compris qu’il parle de lui en gardien du temple.

Pourquoi Laurent Wauquiez n’annonce-t-il pas qu’il est candidat ?

Il a choisi la stratégie de la tortue ! Cela semble bizarre pour cet éternel pressé qui s’est d’ailleurs fait beaucoup d’ennemis en affichant un peu trop son ambition. Il a donc changé de méthode. Laurent Wauquiez se veut désormais bon camarade. Il ne dit plus de mal des autres, ce qui lui permet de refiler aux autres le rôle de mauvais génie.

Mais surtout, ce quadragénaire – il n’a que 3 ans de plus qu’Emmanuel Macron – joue la montre. Pas question de dévoiler ses intentions avant l’été. Façon de ne pas être au cœur des attaques pendant plusieurs mois.

Et en attendant, Laurent Wauquiez agit avec méthode en tissant sa toile

Hier un tête à tête avec Nicolas Sarkozy. Très prochainement, un déjeuner avec François Fillon. Et des contacts réguliers avec Gérard Larcher, président du Sénat.

Ensuite, Laurent Wauquiez a construit un réseau de soutien, des militants aux parlementaires.

Enfin, il prévoit une offensive sur le terrain à la rentrée pour être très présent en faisant campagne au nom des valeurs pour « une droite claire rassemblée, offensive ». Ce sont ses mots. Vous aurez compris sa stratégie : rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.