La gauche est totalement en décalage par rapport aux attentes des Français. Elle n’a rien trouvé de mieux que d’organiser trois rendez-vous militants en moins d’une semaine sur le même thème : la lutte contre le racisme.

sos racisme et le mrap dénoncent les propos de jean-marie le pen sur christiane taubira
sos racisme et le mrap dénoncent les propos de jean-marie le pen sur christiane taubira © reuters

Hier soir, les dirigeants politiques se sont retrouvés à la Mutualité de Paris, salle mythique de la gauche, à l’appel du PS. Le mot d’ordre : La République est en danger ! Rien que ça ! Autour d’Harlem Désir le premier secrétaire du PS, Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur et Vincent Peillon celui de l’Education nationale, et les principaux dirigeants des partis de gauche, sont venus soutenir Christiane Taubira, la ministre de la Justice, victime de racisme. Samedi, les sympathisants de gauche sont appelés à descendre dans la rue pour une marche des anti-racistes. Et lundi soir, troisième étage de la fusée: les people se mobilisent eux-aussi contre le racisme autour d’Aurélie Filippetti la ministre de la Culture et de Jean-Michel Ribes le patron du Théâtre du Rond Point. On est sur du grand classique à gauche : les politiques, les militants et les people mobilisés pour une grande cause.

Que les politiques aient pris la défense de la ministre de la Justice insultées par l’hebdomadaire Minute , c’est tout à fait normal. Mais de là à mobiliser les troupes sur le thème de la République en danger à cause de la montée du racisme c’est un peu gros. Tout le monde n’est pas persuadé qu’il y a une montée du racisme en France, à l'image de Jamel Debbouze, jeudi dernier sur France 2 :

Venu faire la promotion de son dernier film qui parle de la marche des beurs de 1983, l’acteur dit quand même qu’à ses yeux la France n’est évidemment pas raciste.

La gauche mobilise sur ce sujet pour trois raisons . Ça permet d’abord de remobiliser les troupes. Et la gauche en avait bien besoin qui souffre depuis son arrivée au pouvoir de la désaffection de ses militants et ses électeurs. Deuxièmement, ça oblige quand même la droite à se solidariser du gouvernement en prenant la défense de Taubira. Enfin, parler de ce sujet évite de parler des difficultés du gouvernement. Monter sur des tréteaux pour défendre la ministre de la Justice c’est quand même plus facile que d’aller au-devant des Français expliquer la réforme fiscale…

Cette stratégie ne peut convaincre la majorité des Français. Non ! Parce que la gauche est totalement décalée par rapport à leurs attentes. Les Français attendent des réponses sur l’emploi et le pouvoir d’achat, leur véritable priorité. Ils veulent des résultats concrets pas des manifestations de soutien. Mais le plus important pour le gouvernement c’était de ressouder la gauche. De ce point de vue c’est gagné : La cote de popularité du président a commencé à frémir et va remonter dans les jours à venir. Enfin, une gauche unie et des électeurs mobilisés, à quatre mois des municipales ce n’est tout de même pas négligeable.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.