L’un est considéré comme l’ersatz de Nicolas Hulot, l’autre comme une « techno ». Or, François de Rugy et Elisabeth Borne sont au cœur de la stratégie de déminage d’Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a présenté hier son « modèle écologique à la française. » Avec un cap, la lutte contre le réchauffement climatique et une méthode, la concertation. Ce nouveau modèle, deux ministres ont la tâche de le porter, en pleine crise des Gilets jaunes. François de Rugy, le ministre d’État à la transition écologique, a reçu, hier soir, des représentants de cette contestation. Elisabeth Borne, la ministre des Transports négocie depuis plusieurs jours son projet de loi sur les mobilités avec les partenaires sociaux, les élus locaux, les entreprises…   

Les deux ministres ont-ils les épaules suffisamment carrées ?  

François de Rugy a l’expérience de l’homme politique, c’est un écologiste rallié à Emmanuel Macron lorsqu’il s’est fait recalé aux primaires écolos pour la présidentielle. Mais c’est surtout un écologiste prag-ma-tique. Pendant que Nicolas Hulot demande à « changer de paradigme », Rugy, lui, se saisit de sa calculette et compare le prix d’une Zoé, la Renault électrique, avant et après la prime de conversion, à l’achat ou en location avec option d’achat. Il est capable de vous donner le prix du kilowatt/heure de l’éolien ou du photovoltaïque et le comparer au prix de l’électricité nucléaire fourni par l’EPR.   

Est-ce mieux pour les Français ? 

C’est plutôt de bon augure quand il s’agit d’apporter des solutions concrètes aux Gilets jaunes et aux consommateurs. En tout cas, Emmanuel Macron et Edouard Philippe misent beaucoup sur lui. Elisabeth Borne, elle, a été haut fonctionnaire, ex présidente de la RATP et longtemps proche du Parti socialiste. Elle a déjà mené à son terme la réforme du statut de la SNCF.  Aujourd’hui, elle doit mettre en musique le désenclavement des territoires dits « oubliés » qui depuis plusieurs semaines, au moins, s’inquiètent, crient leur colère. Relance des lignes SNCF de proximité, développement du covoiturage...  De l’avis de nombreux élus de la majorité mais aussi de l’opposition, la ministre s’y prend plutôt bien, faisant preuve d’écoute et d’efficacité. Rugy et Borne ont pour mission de donner le « la » en matière de proximité et de dialogue. C’est sur eux qu’Emmanuel Macron parie pour que la nouvelle page de son quinquennat s’écrive sans fausse note et que la partition ne se termine pas en requiem…

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.