Par Solenn de Royer

L’ex conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson publie un livre demain… Et selon les bonnes feuilles publiées hier par L’Express, ça va faire mal ! Ce livre a été fabriqué dans le plus grand secret.

Il a été publié par les éditions Perrin sous un nom de code : « XY ». Dans l’édition, ça veut dire : ultra confidentiel ! L’éditeur a fait signer à l’imprimeur une clause béton. Et les épreuves ont été mises au coffre !

Ce livre peut faire mal, notamment sur ces petits détails qui en disent long sur les hommes.

Un exemple, c’est l’une des accusations du livre, que je vous livre en avant-première : Patrick Buisson explique pourquoi Nicolas Sarkozy a augmenté son salaire en arrivant à l’Elysée. On s’en souvient : 170% d’augmentation. Et une polémique, en prime !

L' ancien conseiller assure que cette augmentation, c’était pour payer la future pension alimentaire de Cécilia Sarkozy !

Alors, bien sûr, c’est un homme répudié, un homme en colère, qui parle ! Evidemment, ses accusations n’engagent que lui.

Mais Buisson n'est pas le seul à balancer. L’ancien conseiller de François Hollande, Aquilino Morelle, prépare lui aussi un livre. Pour mémoire, il avait dû quitter l’Elysée après des soupçons de conflit d’intérêt, finalement classés sans suite. Et ça risque d’être tout aussi sanglant. Parce qu’il est très en colère, lui aussi, Aquilino Morelle. Il crie à « l’exécution politique ».

Dans son livre, Buisson dénonce la dérive de la droite. Morelle, lui, analysera le divorce entre la gauche et le peuple. Mais il sera aussi assassin sur le quinquennat de François Hollande.

Finalement, ils ont plus de points communs qu’il n’y parait, ces deux anciens conseillers. D’abord, ils ont été tous deux des pivots de la conquête de l’Elysée. En 2007, le hold up sur les électeurs du FN, c’est Buisson ! En 2012, le discours du Bourget, très à gauche, c’est Morelle !

Autre point commun entre ces deux anciens conseillers : ils croyaient pouvoir « gérer le cerveau » du président, pour reprendre une expression de Dominique de Villepin qui parlait de Chirac.

Dernier point commun : une rupture violente. Et la préparation minutieuse d’une vengeance. La vengeance, en politique aussi, est un plat qui se mange froid.

Ces deux livres peuvent donc faire des dégâts, et les dates de publication en attestent : fin septembre pour Buisson, en pleine primaire de la droite, et début 2017 pour le livre d’Aquilino Morelle, soit en pleine primaire de la gauche ! Ce sont donc clairement des livres écrits pour TUER.

Ce qui ne va pas sans un certain malaise : on pourra faire remarquer qu’il est un peu facile de cracher dans la soupe, après s’en être délecté.

Mais au fond, rien de nouveau sous le soleil. Il faut relire le Traité politique de Spinoza :

Un roi est exposé au plus grand danger par ceux qui sont le plus près de lui .

C’était au 17ème siècle. On en est encore là.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.