Le départ de Nicolas Hulot sonne la perte des illusions. Les illusions d’un militant écologiste qui pensait avoir convaincu un président saint simonien plus obsédé par la lutte contre le chômage de masse que par le réchauffement de la planète...

La démission de Nicolas Hulot a sonné la fin des illusions pour le Président Macron
La démission de Nicolas Hulot a sonné la fin des illusions pour le Président Macron © AFP / LUDOVIC MARIN

Un président qui, l’an dernier, quelques mois à peine après son entrée en fonction et la nomination du ministre Hulot, lançait face à Donald Trump, son fameux « Make the planet great again ! » 

Aujourd’hui, autant en emporte vent, c’est aussi la fin des illusions pour Emmanuel Macron et ses troupes de marcheurs, pour la plupart fraîchement venus à la politique. Le chef de l’Etat estimait avoir transformé le chemin de croix de son ministre de la transition écologique, contraint, depuis un an, d’avaler son épuisette de couleuvres, en chemin de Damas.  Il pensait avoir converti le combattant vert en homme d’Etat, capable de prendre en considération ses ambitions écologiques mais aussi les impératifs économiques et sociaux. Hélas ! La démission fracassante de Hulot a déniaisé le chef de l’Etat. 

L’affaire Benalla avait déjà montré que les oppositions étaient toujours vivaces, et qu’au final  la légitimité puisée par Macron dans son élection et dans celle des 312 députés. La République En Marche n’est plus la seule qui opère dans le pays.   

Quelles leçons le pouvoir peut-il tirer de ces crises ?  

Le pouvoir qui assume sa ligne technocratique, doit comprendre qu’il doit se renforcer politiquement et de toute urgence. Si, contrairement à ce qu’appelle de ses vœux l’opposition de droite mais surtout de gauche incarnée par Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron veut s’en tenir à sa politique libérale, il devra choisir, à la faveur d’un futur remaniement, des ministres compétents dans leur sphère mais maîtrisant aussi la mécanique politique

Il est temps aussi pour l’exécutif de bâtir un vrai parti LREM. Parti qui manque cruellement aujourd’hui, pour traverser les crises politiques et surtout remporter les élections européennes et municipales.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.