Par Maël Thierry, de L'Obs

Le Front National ne veut pas rester absent des enjeux culturels de la France et du coup, la semaine dernière, quelques cadres du FN se sont aventurés à la FIAC, la Foire internationale d’art contemporain à Paris. Le parti en a profité pour détailler son programme culturel régional.

FIAC 2015
FIAC 2015 © FIAC

Autant le dire tout de suite : c’est à une opération de communication que le Front National avait invité les journalistes vendredi dernier. Il s’agissait d’une visite de la FIAC (la Foire internationale d’art contemporain). La vitrine des créations des artistes les plus en vogue de la planète. Un temple de la branchitude parisienne sous la voute du Grand Palais. Pas le genre d’endroit où vous vous attendez à croiser Marine Le Pen…

D’ailleurs, elle n’était pas là ! Mais la patronne du FN était représentée par son « Monsieur culture », le dénommé Sébastien Chenu, un transfuge venu de l’UMP où il avait fondé l’association Gay Lib. Et par le directeur de campagne en Ile-de-France, venu lui du NPA… Comme quoi le FN ratisse large.

Le but de ce rendez-vous était de montrer que le FN n’a pas seulement des choses à dire sur l’immigration. Désormais, il a des idées sur tout, et même un programme. Comme ça « vous ne pourrez plus dire qu’on est l’ennemi de la culture », dit-on au FN.

Précisons qu’il s’agissait du programme pour l’Ile-de-France. Mais il donne une idée de ce qui pourrait se passer en Nord-Pas-de-Calais-Picardie ou en Provence-Alpes-Côtes d’Azur si l’on en croit les sondages aujourd'hui.

La première ambition du FN, c’est de réduire le budget de la culture ! Et pas qu’un peu, drastiquement. N’allez pas croire que c’est de bon cœur, c’est un choix «douloureux », mais le FN a d’autres priorités : l’emploi ! Comme si la culture n’était pas un secteur très créateur d’emplois!

Alors où faire ces économies ? Dans le cinéma ? Les festivals de musique ? Mystère ! Le FN fera un audit pour savoir où tailler.

Mais on sent qu’un secteur est dans le viseur : l’art contemporain. Vous savez, « ces « spectacles étranges et ces œuvres qui interrogent le bon sens » comme on dit au FN. Plus question qu’un fonds régional les achète. Plus question de promouvoir « l’art contemporain transgressif » comme le fameux plug anal de Paul Mac Carthy exposé Place Vendôme. Au FN, ce plug anal n’est pas passé ! A tel point que le directeur de campagne en Ile-de-France nous a expliqué que l’avoir vandalisé, c'était aussi de l’art !

La visite a tourné court : une conversation polie avec un galeriste, quelques commentaires devant un tableau sur le mode « quelle technicité dans le geste ». Lorsque les candidats frontistes sont passés devant une photo de femme au sein nu, l’un d’eux a lâché : « Ca reste correct, pas vulgaire comme le plug anal ». Décidément une obsession.

Et lorsque le cortège est tombé sur deux mannequins de femmes nues, plus vraies que nature, il ne s’est pas attardé. Il a préféré s’extasier devant une photo bien plus sage de jeune fille collée à la vitre d’un RER.

Les galeristes interrogés, eux, ne voyaient pas de problème à cette déambulation FN. Il faut dire qu’elle a été très rapide. Elle a duré 25 minutes, montre en main !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.