Le PS, comme la plupart des partis politiques, se cherche une tête de liste pour les élections européennes… Le nom de Ségolène ROYAL circule… Si ce retour se confirmait, pourrait-il ressusciter le PS ?

Ils sont quelques-uns au PS à attendre Ségolène Royal comme le messie. Et comme depuis quelques temps, elle n’écarte plus l’éventualité d’un retour en politique, les socialistes qui la vouaient il y a quelques années à toutes les gémonies, la voient aujourd’hui en sauveuse. Car sans tête de liste vraiment crédible et avec 5 à 6% d’intentions de vote dans tous les sondages, c’est un parti moribond qui risque de se présenter aux Européennes.  

Sauf que si Ségolène Royal descend des pôles – arctiques et antarctiques –  dont elle est l’Ambassadrice internationale, pour mener la bataille électorale, ça ne sera certainement pas sous la bannière socialiste. 

Tout d’abord parce que cela fait belle lurette qu’elle n’a plus sa carte du parti et qu’elle ne paye plus ses cotisations, mais surtout parce qu’elle a une autre stratégie… Une stratégie qui consiste à organiser un rassemblement bien au-delà du PS, avec des personnalités, des associations écologistes et humanistes.  Et c’est ce qu’elle est en train de mettre en œuvre en ce moment avec un agenda médiatique très organisé, elle sera d’ailleurs sur cette antenne mercredi, et un livre à paraître le même jour intitulé : "Ce que je peux enfin dire".   

Ce retour peut-il sérieusement bousculer la gauche ?  

Oui et pour au moins trois raisons. Premièrement, Ségolène Royal – quoi qu’on en pense – est une figure, une personnalité qui compte encore dans une gauche qui n’en a pas tant que ça. 

Deuxièmement : même si elle n’a pas la rose au poing, sa présence à la tête d’une liste aux européennes peut effectivement offrir un grand bol d’air au PS.

Troisièmement : elle peut attirer un électorat de gauche choqué par les errements successifs de Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuel Macron a-t-il des raisons de s’en inquiéter ?  

Là encore, oui ! Car elle est susceptible de mobiliser un électorat social-démocrate qui a voté Emmanuel Macron et dont on sait qu’il peine désormais à se retrouver dans la politique du gouvernement.  Elle peut également attirer des électeurs écologistes et force est d’ailleurs de constater que, depuis quelques temps, elle n’a pas de mots assez durs pour critiquer sa politique en matière environnemental. Bref si le retour de Ségolène Royal se confirme, c’est une grande partie du jeu politique à gauche et au centre qui risque d’être bouleversé

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.