nouvelle chute dans les sondages pour hollande et valls
nouvelle chute dans les sondages pour hollande et valls © reuters

Manuel Valls, a beau traverser un gros trou d'air dans les sondages il reste plutôt serein... Mais ses jours à Matignon sont-ils comptés ?

Je vous propose d'abord de souhaiter un bon anniversaire au Premier ministre ! Il va fêter demain ses six mois à Matignon. Et la tradition, c'est que le président va lui remettre bientôt l'écharpe bleue de Grand croix de l'ordre national du mérite. Sauf que cet anniversaire se déroule sur fond de grosse gamelle dans les sondages. Tout allait bien pour Manuel Valls jusqu'au mois de juillet, et boum, il a décroché d'un coup de 14 points en deux mois dans le baromètre TNS Sofres. Résultat : il se retrouve « cressonnisé » à 30% de confiance, au même niveau qu'Edith Cresson après six mois à Matignon...

A gauche on commence à parler d'un troisième Premier ministre

On entend les noms de Martine Aubry, Claude Bartolone etc. Mais ce qui est plus étonnant, c'est qu'on entend aussi des élus proches de Manuel Valls expliquer, en OFF évidemment, qu'il ne restera peut-être pas jusqu'à la fin du quinquennat. Logiquement, ça devrait bien se passer pour le vote du budget à l'Assemblée d'ici la fin de l'année, même si c'est ric-rac, même si le Sénat a rebasculé à droite. Non, la zone de turbulence pour lui, c'est à partir du mois d'avril. Imaginez que la gauche se prenne une nouvelle raclée aux cantonales prévues en mars 2015... Dans ce cas, il ne conservera peut-être pas la confiance de sa majorité.

Et pourtant il a l'air assez zen...

C'est vrai qu'il est bien dans ses pompes à Matignon, même s'il pique parfois des colères, c'est son caractère. Il y a une chose qui le rassure, c'est qu'il pense que les Français le perçoivent toujours comme quelqu'un qui a de l'autorité, de la fermeté et de la détermination. Un peu comme Nicolas Sarkozy. D'ailleurs, écoutez cet échange assez drôle entre Valls et une passante qui les trouve tous les deux "beaux". C'était vendredi dans le Nord...

__

La La stratégie de Valls, ce n'est pas d'affronter Sarkozy à la présidentielle de 2017. Il sait qu'il est trop faible dans son camp pour l'instant. D'ailleurs, Sarkozy ne croit pas qu'il sera candidat contre lui. Vous savez comment il l'appelle ? Le « collaborateur du président »... Non, l'objectif de Valls, c'est la présidentielle de 2022. Et en attendant, si la gauche perd dans deux ans, de reprendre les commandes de l'opposition pour en faire une machine de guerre, pour l'Elysée justement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.