Brune Poirson, Sophie Cluzel, Nathalie Loiseau ou Jacques Mézard : difficile de suivre leurs attributions. Un gouvernement d’ectoplasmes, le phénomène n’est pas inédit, mais c’est vraiment la première fois qu’il prend une telle ampleur.

Sébastien Lecornu, Nicolas Hulot et le Premier ministre français Edouard Philippe assistent à une réunion à Matignon face avec le Préfet de la région Pays de la Loire, à ​​propos de la ZAD
Sébastien Lecornu, Nicolas Hulot et le Premier ministre français Edouard Philippe assistent à une réunion à Matignon face avec le Préfet de la région Pays de la Loire, à ​​propos de la ZAD © AFP / Eric Feferberg

Même des personnalités plus connues, ou dotées de portefeuilles plus importants, n’existent pas. A la Culture, Françoise Nyssen est invisible. Aux Transports, les syndicats ne calculent même plus Elisabeth Borne et s’en remettent à Edouard Philippe. Il y a quand même quelques pros et quelques poids lourds dans ce gouvernement, mais  même ceux-là, comme Jean-Yves Le Drian aux Affaires étrangères ou Bruno Le Maire à Bercy ne parviennent pas exister. Sans parler du cas de Nicolas Hulot dont on se demande à quoi sert son inexorable popularité…  

Hormis Jean-Michel Blanquer et Marlène Schiappa, le macronisme n’a pour l’heure engendré aucune révélation 

Cela a été particulièrement spectaculaire cette semaine avec le retour de Jean-Louis Borloo. Avec son nouveau "Plan banlieues", il a occupé la scène politique et attiré la lumière des médias toute la semaine au point qu’on en a oublié qui était le vrai ministre de la ville. Le show Borloo a d’ailleurs agacé au sommet du pouvoir. Il est significatif qu’Emmanuel Macron n’ait pas trouvé le temps de le recevoir et qu’Edouard Philippe n’ait pas dit grand chose de son rapport, à part qu’il allait le lire...

L’absence de poids lourds à ses côtés, est d’abord un choix d’Emmanuel Macron 

C’est lui qui a joué les DRH en recrutant des profils soit très technos, soit issus du monde de l’entreprise. Et c’est lui qui les incite à vivre dans l’ombre. Ainsi, lorsque le Président participe à des émissions télévisées, il ne cite quasiment jamais le nom de ses ministres. On mesure d’ailleurs désormais à quel point Emmanuel Macron a été soulagé de pouvoir se débarrasser aussi vite de François Bayrou, le seul poids lourd qui pouvait lui faire un peu d’ombre. 

Alors, évidemment, s’entourer de figurants muets a un grand avantage. Cela permet d’éviter les couacs et les frondeurs. C’est plus confortable, mais c’est aussi plus risqué quand les difficultés approchent. Car privé de fusibles, le Président, se retrouve, forcément à découvert.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.