Par Marcelo Wesfreid

Je voudrais vous parler d'un conseiller qui détonne un peu à l'Élysée : Pierre-Louis Basse, a ncien journaliste, aujourd'hui conseiller de François Hollande

Il détonne parce qu'il n'est pas énarque. C'est pas un politique. C'est un intello, un romancier. Son bureau se trouve au dernier étage. Il est rempli de livres de poésie, de romans.

Les auditeurs d'Europe 1 le connaissent bien, il a animé pendant des années des émissions de football. Le foot, la passion de François Hollande. C'est quelqu'un de caractère, qui a dû apprendre à ne pas s'exprimer depuis qu'il a donc été nommé « Conseiller aux grands événements ».

C'est un titre un peu ronflant. Qui veut tout dire et rien dire, à la fois. C'est flou, c'est du pur Hollande.

Pour comprendre ce qu'il fait, prenons le cas de la cérémonie du centenaire de la bataille de Verdun, hier.

Pierre-Louis Basse était au premier rang. Il était assis à côté du grand cinéaste allemand, Volker Schlöndorff. L'homme qui a scénarisé la journée.

Vous avez dû voir les images de ces milliers d'enfants qui courent au milieu des tombes. Et bien, Schlöndorff, c'était une idée de Pierre-Louis Basse...

Son rôle, c'est de proposer des idées, de faire sortir le président, de lui faire rencontrer des artistes, de lui monter des déjeuners, de faire des ponts avec le milieu de la culture.

L'exposition qui a lieu actuellement devant l'Hôtel de Ville de Paris, sur les légendes du foot, avec des textes d'écrivains, c'est Pierre-Louis Basse.

Il a beaucoup travaillé aussi sur l'entrée au Panthéon, en mai dernier, de grandes figures de la résistance.

Pierre Louis Basse c’est un profil atypique à L’Élysée, mais il y a trouvé sa place , même si politiquement, ça doit être compliqué pour lui. Il vient d'une famille communiste, il a lui-même chroniqué dans L'Humanité . On est loin du social-libéralisme. Mais, pour le reste, oui, on peut dire qu'il s'est fait une place.

Et c'est pas un mince exploit. Parce que l'Élysée, c'est un panier de crabes, c'est bourré de rivalités. Il faut avoir des soutiens, il faut connaître les codes. Hollande ne protège personne...

Souvenez-vous du pauvre Claude Sérillon... l'ancien animateur de télé. Il a été conseiller, il est venu, il a fait trois petits tours et puis il est reparti. Sans jamais imprimer sa marque.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.