Tout cela est parti d’un souhait d’Emmanuel Macron que les pouvoirs du CSA soient étendus à Internet, dans le cadre de la lutte contre le sexisme. Très bonne cause, mais une très mauvaise réponse.

Par Etienne Gernelle

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.