Par Albert Zennou, rédacteur en chef du service politique du Figaro

Inefficaces et convenus les vœux présidentiels ? Pas forcément. Cet exercice revêt même cette année une importance toute particulière pour François Hollande.

françois hollande adresse un message de confiance dans ses voeux aux français
françois hollande adresse un message de confiance dans ses voeux aux français © reuters

Quoi de plus banal, formel et convenu que les vœux de bonne année aux Français ? Ce qui est vrai pour tout le monde, l’est aussi pour les présidents de la République. Tous ont veillé particulièrement à cet exercice un peu monarchique né avec la Ve République. Tous ont eu le souci de clôturer l’année sur un bilan présenté de façon avantageuse et surtout de placer le nouveau millésime sous les meilleurs auspices. François Hollande n’y coupera pas ce soir. Ce sera pour lui l’occasion de se présenter aux Français à un moment particulier, à 20 heures juste avant le repas du réveillon. Bayrou avait théorisé ce moment quand les familles sont réunies, où les échanges se font avec des membres parfois éloignés et où la politique est souvent présente dans les discussions. C’est un moment de dissémination des idées politiques et de début de cristallisation des convictions. Etre au centre des discussions entre le foie gras et le chapon peut être stratégique et faire basculer les hésitants.

Pour réussir cet exercice, il faut nécessairement aller au-delà de la forme et rechercher le fond.

Le choix du lieu par le Président est symbolique et veut faire sens. La traditionnelle bibliothèque, toujours bien fournie, signe que le politique est un homme de culture, le bureau, signe qu’il travaille et qu’il est sérieux. Et puis il y a les originaux. A ce petit jeu, c’est Hervé Morin qui l’emporte. En 2010, il n’avait pas hésité à faire ses vœux depuis la cuisine de son appartement parisien, entre casseroles et couteaux.

Cette année, François Hollande a choisi la sobriété et la gravité. A priori, pas d’annonce attendue. Combatif et déterminé, s’il on en croit ses proches.

Il formulera même ses vœux depuis son bureau de l’Elysée, un lieu de référence pour Hollande le mitterrandien. C’est dans ce même bureau que Mitterrand y a enregistré ses derniers vœux de président en 1994, quelques mois avant de mourir, on se rappelle son expression christique des « forces de l’esprit ».

Hollande, qui a été conseiller à l’Elysée au début de la présidence Mitterrand, pousse le mimétisme jusqu’à même avoir depuis Noël le même chien : un labrador noir. Le président normal assume-t-il désormais le concept de Kantorowicz de double corps du roi ? Réponse ce soir, vers 20 heures ou un peu plus tard dans les foyers comme sujet de discussion. Et avouez que parler de Kantorowicz entre deux coupes de champagne, ça, ça pose son réveillon.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.