Un seul être vous manque et tout est dépeuplé, en tous cas à droite. On a suffisamment évoqué ces derniers jours les difficultés dans lesquelles s’est enfermé François Hollande et la façon dont il a fâché les ténors de son camp pour ne pas s’étonner de l’absence de Nicolas Sarkozy.

Prôner la fermeté contre le terrorisme, bomber le torse face à la menace et réciter une litanie de mesures répressives, c’est pourtant son truc à lui, à l’ancien Président. D’autant que le peuple de droite réclamerait une telle mesure, selon les sondages, à plus de 90 %.

Sarkozy a été reçu par Hollande
Sarkozy a été reçu par Hollande © MaxPPP

Lors de son discours de Grenoble, en 2010, Nicolas Sarkozy avait d’ailleurs prôné la déchéance de nationalité pour les assassins de policiers et de gendarmes, même s’il avait fini, lui, par reculer quelques mois plus tard sous la pression de sa majorité. En tous cas, sur ce sujet, on le voit, Sarkozy en a rêvé, mais c’est Hollande qui le fait. Alors pourquoi diable l’ancien chef de l’Etat se fait-il aussi discret ? J’ai posé la question hier à un responsable, un secrétaire national, du parti les Républicains et vous savez ce qu’il m’a répondu ? Nicolas Sarkozy est en vacances. Ben oui, c’est tout bête, quoi, pas de téléphone, pas de mail, rien, pas même un fax… Nicolas Sarkozy donc est en vacances, au soleil, avec Carla, et comme le disait la chanson des années 80 : « Vacances, j’oublie tout... Plus rien à faire du tout... » Déjà, l’année dernière, on s’en souvient, le couple s’était fait remarquer pour un séjour plutôt agréable, invités par le roi du Maroc dans l’un de ses somptueux palais à Marrakech.

Mais est-ce que ce silence ne traduirait pas aussi un certain embarras ?

Par exemple, quand vous allez faire un tour sur le site du parti Les Républicains - c’est ce que j’ai fait hier soir - qu’est ce que vous trouvez ? D‘abord une vidéo de Nicolas Sarkozy qui vous souhaite un Joyeux Noël... Les vacances, toujours… Et puis, quand vous explorez la colonne des communiqués, vous tombez sur un texte de Sébastien Huygue, le porte-parole du parti, en date du 22 décembre, qui fustige « le reniement annoncé » du Président Hollande sur la déchéance de nationalité. Le lendemain, patatras, Hollande annonce donc en Conseil des ministres qu’il l’inscrit dans la révision constitutionnelle. Résultat, que trouve-t-on, toujours sur le site des Républicains ? Un communiqué, du 23 décembre, cette fois signé du secrétaire général du parti, Eric Woerth, qui dénonce« les hésitations» du même Président Hollande qui venait pourtant d’accéder aux revendications de la droite. Quelle ingratitude!

Et c’est là, à observer le piège qui s‘est aussi refermé sur la droite, qu’on se dit qu’il y a urgence à ce que Nicolas Sarkozy rentre de vacances.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.