Par Renaud Dély

Ce matin on revient sur la candidature de Geoffroy Didier à la primaire de la droite. Parce que ses motivations ne seraient pas aussi transparentes que ça...

Officiellement, on l’a déjà entendu un peu partout. Le jeune vice-président de la région Ile-de-France prône le renouvellement. Mais sa candidature est un mystère qui a déclenché un véritable effet de surprise à droite. Geoffroy Didier candidat à la primaire présidentielle de la droite, il y a en effet de quoi être surpris. D’abord parce que la primaire présidentielle vise, comme son nom l’indique, à désigner un candidat à la… présidentielle.

A priori, on a du mal à imaginer cet avocat blondinet de 39 ans - au visage de jeune premier abonné aux plateaux télés des chaînes info - détenteur, demain, en 2017, du code secret de l’arme nucléaire réservé au locataire de l’Elysée. Mais après tout, pourquoi pas, au point où on en est.

Ce qui surprend davantage encore c’est que Geoffroy Didier, c’est un sarkozyste pure souche. Songez qu’en 2007, il y a dix ans, lorsque Nicolas Sarkozy faisait mine de ratisser à gauche pour se faire élire à l’Elysée, Geoffroy Didier s’était retrouvé chef de file d’une fantômatique association des « sarkozystes… de gauche » , évidemment !

Quelques années plus tard, lorsque son héros s’est rangé à droite, et même très à droite, notamment sous l’influence de Patrick Buisson, Geoffroy Didier a fondé la Droite Forte , le courant des sarkozystes les plus droitiers. Bref, c’est ce qu’on appelle un bon soldat, rangé à droite.

Geoffroy Didier
Geoffroy Didier ©

Si Geoffroy Didier est un bon soldat du sarkozysme, c’est donc pour rendre service à son mentor qu’il se présenterait à la primaire. C’est l’explication que certains à droite se sont empressés de donner hier. Bien sûr, officiellement, Geoffroy Didier le dit et le répète, il n’a prévenu personne, ni Sarkozy, ni même son tuteur, Brice Hortefeux, avant de se déclarer. Mais dans les faits, un dirigeant de premier plan de LesRépublicains en est sûr, Didier serait piloté par Brice Hortefeux dont il est toujours très proche… pour plomber la candidature de Bruno Le Maire.

Le Maire est en pleine ascension dans les sondages et la grande angoisse dans le camp de Sarkozy, c’est qu’il dépasse bientôt l’ancien Président et s’impose en principal challenger d’Alain Juppé . Geoffroy Didier candidat, c’est un concurrent pour Le Maire sur le créneau de la modernité et du renouvellement. Un concurrent susceptible de piquer des intentions de vote à Le Maire et de freiner sa progression dans les sondages.

Mais tous ces petits calculs n’augurent surtout rien de bon pour l’ambiance de la primaire à droite. Comme le dit un proche d’Alain Juppé, tout cela annonce que la primaire, ça va être… « un beau merdier » ! Avec Didier et après Juppé, Fillon, Le Maire, Copé, Mariton, NKM, Morano, Lefèbvre et Poisson, nous voilà donc à dix candidats ! Pour l'instant...

Chez Bruno Le Maire, en tous cas, on juge que si la candidature de Geoffroy Didier est supposée aider Sarkozy, c’est plutôt mal barré. « Ils en sont à appeler au secours un collaborateur du collaborateur de Sarkozy ! » , balance un parlementaire.

« La candidature de Didier ça veut dire que même chez les sarkozystes, on pense que c’est le bordel et qu’il faut tout changer ! », ajoute un autre.

Surtout, en voyant l’animation que déclenche à droite chacune de ces nouvelles candidatures aux primaires, on a hâte, vraiment hâte, que se lancent bientôt Claude Guéant… et Patrick Balkany, non ?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.