Par Carl Méeus, rédacteur en chef duFigaro Magazine

la suspension de l'écotaxe approuvée par les deux-tiers des français
la suspension de l'écotaxe approuvée par les deux-tiers des français © reuters

Le gouvernement n’écoute pas les Français. Mais la suspension de l’éco-taxe poids-lourds, n’est-ce pas justement la preuve qu’il a entendu la colère des Bretons ?

Ça, c’est ce que les éléments de langage veulent nous faire croire. Le gouvernement serait à l’écoute des Français et tiendrait compte de leur colère. L’argument, bien rodé, est repris par le Premier Ministre et tous les membres de son Gouvernement.

Même Cécile Duflot, la ministre verte du Logement , le dit. Ecoutez là, c’était hier matin sur Europe 1 :

Rendez-vous compte des relais dont l’Elysée dispose pour capter le malaise breton : 21 députés élus en juin 2012, plusieurs ministres issus de la région, dont certains très proches de François Hollande, comme Jean-Yves Le Drian ou Stéphane Le Foll, et enfin, à l’Elysée même, le maire de Quimper, Bernard Poignant, proche conseiller du Président de la République.

Si le gouvernement avait vraiment été à l’écoute, il aurait entendu les messages et peut-être n’aurait-il pas attendu la manifestation du week-end dernier qui a tourné à l’affrontement entre les Bretons et les CRS !

Sur la taxation des PEL et PEA, là, le gouvernement a réagi rapidement. Mais là encore, s’il avait été à l’écoute des Français, il n’aurait même pas proposé cette augmentation de la taxation des PEL et PEA ! Qui a dit pendant la campagne électorale qu’il mettrait en place une fiscalité juste ? François Hollande. Or on ne peut pas dire que ce sont les plus riches qui ouvrent des PEL… Qui a dit, voici à peine deux mois, qu’il y avait un ras-le-bol fiscal et qu’il faudrait une pause fiscale en 2014 ? Pierre Moscovici, ministre de l’Économie, et François Hollande.

Les mêmes qui, deux mois plus tard, proposent cette augmentation de taxes ! S’ils avaient vraiment été à l’écoute des Français, peut-être se seraient-ils abstenus de la proposer...

Comment François Hollande peut-il être à l’écoute des Français ? Peut-être en lisant attentivement les études d’opinion. D’accord, ce n’est pas la panacée, et un responsable politique ne doit pas conduire sa politique à l’aune des sondages. Seulement quand ces études disent toutes la même chose, il faut peut-être en tenir compte.

Et que disent ces enquêtes ? Là où le Premier Ministre et le Président de la République battent des records d’impopularité, il y a un homme qui, à l’inverse, est très populaire, à gauche comme à droite : c’est Manuel Valls. Si le Ministre de l’Intérieur est aussi populaire, cela signifie peut-être quelque chose ! Les Français passent peut-être un message. Peut-être François Hollande pourrait-il s’appuyer sur cette popularité en le nommant à Matignon !

En 2005, le président Chirac a refusé de nommer à Matignon l’homme politique le plus populaire de son gouvernement. Plutôt que Nicolas Sarkozy, il a préféré mettre Dominique de Villepin à la place de Jean-Pierre Raffarin en 2005. Un an plus tard, sa cote de popularité, mesurée par TNS Sofres, battait un record : 16% seulement… Aujourd’hui Hollande est à 21% ! Est-il prêt à descendre aussi bas ?

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.