L’ombre de Laurent Wauquiez plane plus que jamais sur le congrès des Républicains. La droite a toujours le chic pour s’inventer un parrain. Nicolas Sarkozy joue ce rôle depuis sa défaite en 2012. Mais cette fois-ci, pour la toute petite primaire fermée des LR, le parrain vient du Rhône…

Laurent Wauquiez, de paria à parrain des LR. Ici en avril 2020 à Lyon
Laurent Wauquiez, de paria à parrain des LR. Ici en avril 2020 à Lyon © Getty / Robert DEYRAIL

Il s'agit l’ancien paria Laurent Wauquiez. Il avait été forcé de quitter la présidence des LR après le tout petit score de la liste de François-Xavier Bellamy aux Européennes de 2019. 

Mais aujourd’hui, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes connaît une réhabilitation express dans son propre camp.

A quoi mesurez-vous cela ?

D’abord, les candidats à la candidature à droite se pressent à Lyon dans son bureau du conseil régional. Mieux, dans son camp, il est désormais présenté comme le deus ex machina, le grand manipulateur qui tire les ficelles de la primaire LR.

Ce n’est pas tout à fait faux

Il y a des wauquiezistes, oui ça existe, partout dans les fédérations et ils ont une influence sur un corps électoral réduit autour de 100 000 militants, pour le vote de début décembre.

Et il se trouve que Laurent Wauquiez, pousse activement ses relais à voter pour Michel Barnier. Le Savoyard, qu’il présente comme un « grand monsieur », a un avantage certain : il n’a jamais rompu avec lui, à la différence d’un Bertrand ou d’une Pécresse qui le trouvaient trop droitier. 

« Alors qu’aujourd’hui, ils font des propositions à la droite de la droite sur le régalien », raille un proche de Wauquiez.
« Cette élection c’est un truc de réseaux et les réseaux vont voter Barnier », m’a résumé un ancien LR passé en macronie.

Mais que cherche Laurent Wauquiez à long terme ?

Les Républicains bâtissent des hypothèses plus ou moins compliquées. 

  • Premièrement, Wauquiez voudrait simplement infliger une humiliation à Bertrand qu’il déteste cordialement.
  • Deuxièmement Wauquiez souhaite que Barnier remporte la primaire mais perde la présidentielle pour avoir le champ libre et reprendre le parti. 
  • Enfin, les LR imaginent que Wauquiez se voit en Kamala Harris de Barnier (c’est-à-dire son numéro deux) qui a promis de ne faire qu’un seul mandat, et mise tout sur 2027.

« Il peut y avoir toutes ces raisons à la fois. Et il sait que si l’hystérie Zemmour se calme, un candidat comme Barnier peut fédérer en 2022 », m’a confirmé l’un de ses proches.

Pour ajouter au bazar, des zemmouriens ont lancé leur propre rumeur selon laquelle Wauquiez ferait un très bon premier ministre pour le polémiste. Bref, la partie de poker menteur ne fait que commencer.

Les invités
  • Laurent Wauquiezprésident du parti Les Républicains, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes
L'équipe