Il y a parfois des alertes de la France insoumise que le gouvernement ferait bien d’écouter.

Quand on a vu le tweet d’Adrien Quatennens, député Insoumis du nord commençant par le mot « alerte » et accompagné d’une photo de matériel électoral gisant près d’une poubelle, on a d’abord pensé à une manœuvre de diversion tant les résultats des Insoumis étaient annoncés comme catastrophiques pour ces élections régionales. 

Sauf que le coordinateur de la France insoumise avait mille fois raison de sonner le tocsin : 

effectivement, le matériel électoral, c’est-à-dire les fameuses grandes enveloppes bourrées jusqu’à la gueule de professions de foi et bulletins de vote, n’a pas été distribué correctement dans de nombreux départements avant le premier tour. 

La faute à la privatisation d’une moitié de la distribution de ces plis, décidée en janvier dernier. 

A l’époque la CGT de la poste s’était interrogée sur la capacité de la société Adrexo, puisque c’est elle dont il s’agit, à assurer cette mission avec seulement 17 300 employés dont ce n’est pas forcément le métier. 

Le gouvernement a fini par réagir

Mais il a fallu attendre trois longues journées pour que Gérald Darmanin reconnaisse des « dysfonctionnements » et présente même les « excuses du gouvernement ». 

Cette histoire est en train de devenir l’un des enjeux politiques de la semaine. 

En vue du second tour prévu dimanche sur lequel plane encore la menace d’une abstention historique, instruction a été donnée aux préfets de surveiller comme le lait sur le feu la distribution de la précieuse paperasse. 

Les deux prestataires, Adrexo et la Poste ont été tancés en place publique par le ministre de l’Intérieur qui devra, lui, répondre demain, mercredi, aux questions de la commission des lois du Sénat. 

Cette réaction à retardement rappelle une toute autre affaire mise là aussi sous les feux de l’actualité par la France Insoumise : celle de la première tribune des militaires publiée dans Valeurs actuelles. 

Il avait fallu attendre trois jours pour que le gouvernement s’en émeuve alors que Jean-Luc Mélenchon l’avait dénoncée quasiment dès sa publication

Quelle déduction ?

Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il faut toujours écouter la France Insoumise mais j’en déduis que ce mouvement a une capacité inégalée de jouer les lanceurs d’alerte, fonction indispensable en démocratie. 

Il est dommage que la véhémence et souvent la mauvaise foi de son chef masquent cette faculté à pointer les dysfonctionnements du système.  

C’est comme dans la fable : à force de crier au loup en permanence, on prend le risque de ne plus être écouté. Ou en tout cas pas immédiatement.

L'équipe