Ce mercredi, Emmanuel Macron inaugure en grande pompe le Forum Génération Egalité, un sommet international consacré aux droits des femmes. Un thème dont il a fait un fil rouge de son mandat.

Où sont les femmes aux postes-clefs
Où sont les femmes aux postes-clefs © Getty / Ariel Skelley

Mais ce n’est pas si simple ! Juste une scène : un mardi matin, j’étais à Matignon, au moment du « petit déjeuner de la majorité ». C’est une réunion très importante. Les chefs de la majorité discutent entre eux et définissent les priorités de la semaine.

Il est 10H00. La réunion se termine. Je vois sortir d’un salon du rez-de-chaussée et je vois : un homme, suivi d’un homme, suivi d’un homme, suivi d’un homme, etc.  Le premier ministre, son directeur de cabinet, le porte-parole du gouvernement, les présidents de groupes à l’assemblée, au sénat, le patron du parti LREM. Que des mâles.

Si on regarde l’organigramme de l’Elysée, même constat : les postes clés sont trustés par des hommes. 

Secrétaire général de l’Elysée, directeur de cabinet, chef d’état major-particulier, chef de la cellule diplomatique… Idem pour les directeurs de cabinet des ministres… Là, aussi, oubliez la mixité !

L’égalité femmes hommes a pourtant été érigée en « grande cause du quinquennat » !

Oui, c’est un vrai paradoxe. Car en dehors du cœur du pouvoir, les choses commencent à changer. Presque la moitié des parlementaires de la majorité sont des femmes.  C’est sous Macron qu’ont été lancé un Grenelle de violences conjugales, une réforme des pensions alimentaires, la verbalisation du harcèlement de rue. 

Le gouvernement, qui est paritaire, a revalorisé les salaires des infirmières, des aides-soignantes. Des professions majoritairement féminines. Il a fait voter hier soir la PMA pour toutes. 

Enfin, ce jeudi, le congé paternité sera allongé, avec une période d’une semaine obligatoire, pour que les hommes prennent aussi leur part du travail à la maison. Il y a donc de vraies avancées, mais qui n’ont pas encore atteint le centre de pilotage politique. Encore un petit effort, j’ai envie de dire !

Que va annoncer tout à l’heure le président ?

Devant Hillary Clinton et quelques présidents, Emmanuel Macron va promettre des aides pour l’éducation des fillettes à travers le monde ; et aussi pour l’accès aux contraceptifs. 

Au passage, il va envoyer des marqueurs progressistes à l’électorat de gauche, qu’il a un peu délaissé ces derniers temps. Et ce, sur un sujet plus sensible que jamais. 

Avec la crise sanitaire, les femmes ont été particulièrement touchées en matière de violences. C’est une situation que l’ONU a appelé, d’une formule choc, une « pandémie de l’ombre ».

L'équipe
  • Marcelo WesfreidJournaliste au service politique du Parisien / Aujourd'hui en France