Le livre d'entretiens Hitchcock-Truffaut paru en 1966 est sans doute aujourd'hui encore le livre de cinéma le plus célèbre. L'ouvrage s'appuie sur l'entretien fleuve accordé par Hitchcock à Truffaut durant toute une semaine de l'été 1962.

Psychose
Psychose © Radio France

Au moment de La Mort aux trousses , Alfred Hitchcock n'avait aucune idée de ce qu'allait être son prochain scénario. Un week-end, alors qu'il lisait la rubrique "Livres" du New York Times, il tomba sur une excellente critique du livre Psycho de l'Américain Robert Bloch. Le metteur en scène demanda à Paramount Pictures un synopsis du livre, mais le studio n'en avait pas rédigé. En partant pour l'Angleterre, il acheta le livre à l'aéroport et le lut dans l'avion. Arrivé à Londres, il appela sa secrétaire pour lui dire : "Je tiens notre prochain sujet." Hitchcock aimait le répéter : "À partir du moment où vous faites appel à une star, vous compromettez largement vos intentions légales". Pour Psychose, Hitchcock n'avait ni l'intention, ni encore moins les moyens financiers d'engager des célébrités de Hollywood.Dans le roman de Robert Bloch, Norman Bates est un homme entre deux âges, obèse et alcoolique. Joseph Stefano, le scénariste, proposa un Norman plus jeune, svelte et vulnérable. Anthony Perkins alors âgé de 27 ans, avec son allure d'idole des jeunes, allait s'avérer l'acteur parfait. Pour le rôle de Marion Crane, Hitchcock cherchait la plus brillante star que ses moyens lui permettraient d'obtenir. Il savait que plus l'actrice serait connue, plus la disparition précoce de son personnage allait produire d'effet. Et le choix de Janet Leigh allait s'avérer aussi surprenant que celui d'Anthony Perkins. On retrouve également Vera Miles, qui avait déjà joué dans Le Faux Coupable et ... Patricia Hitchcock, la fille du réalisateur, qui joue ici aussi un petit rôle. Pour la musique, le fidèle Bernard Herrmann signe de nouveau une musique très inspirée. Les cordes stridentes jouées dans la première scène de meurtre sont à l'époque une innovation.

À sa sortie aux États-Unis, le film est mal reçu par la critique. La raison probable de ces réactions est que les journalistes n'ont pas apprécié de découvrir le film au cinéma. Le public, lui, est au rendez-vous. En Europe, le film est acclamé aussi bien par la critique que par le public. La violence sans précédent de la scène de la douche, la disparition brutale de l'héroïne après seulement quelques scènes, les vies innocentes abrégées par un meurtrier dérangé, toutes caractéristiques de Psychose, seront par la suite copiées dans de nombreux films d'horreur.
Psychose_rideau
Psychose_rideau © radio-france
**Les influences** Selon certains critiques, on peut voir en Cecil B.DeMille une influence majeure d'Hitchcock. Au moment où ce dernier entame sa carrière au cinéma, DeMille est en effet l'un des réalisateurs les plus importants du cinéma mondial. DeMille est l'inventeur de ce qu'on peut appeler les "comédies du remariage", dans lesquelles des couples mariés se séparent puis se retrouvent. _Mr and Mrs Smith_ (1941), d'Hitchcock, est basée sur ce schéma. Au-delà de ça, on peut trouver un exemple concret de l'influence de DeMille sur Hitchcock – à moins que cela soit une sorte d'hommage ? – dans la seconde partie de la version muette des _Dix Commandements_ (1923), plus précisément dans la scène montrant le meurtre de la lépreuse échappée de l'île de Molokai. La femme se trouve derrière un rideau auquel elle s'agrippe quand le "méchant" lui tire dessus. La scène se termine par un plan montrant le rideau qui se décroche progressivement lorsque la femme s'écroule, un plan que l'on retrouve dans la fameuse scène de la douche de Psychose. **Psychose** a fait l'objet de trois suites, toutes avec Anthony Perkins, réalisées en 1983, 1986 et 1990. En 1998, Gus Van Sant en a tourné un remake plan pour plan avec entre autres Vince Vaughn dans le rôle de Norman Bates et Julianne Moore dans celui de Lila Crane.**Caméo :** On voit Hitchcock attendant devant l'agence immobilière, coiffé d'un chapeau mou de couleur claire. Ce qui lui permet non seulement de se montrer dès le début du film (à la 7e minute), mais aussi de figurer dans la même scène que sa fille, Patricia Hitchcock qui interprète Caroline, la collègue de Janet Leigh.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.