Hitchcock / Truffaut, ou Le Cinéma selon Alfred Hitchcock, communément surnommé le "Hitchbook", est un livre de François Truffaut, paru en 1966 aux éditions Robert Laffont. Il est principalement constitué d'un entretien entre Alfred Hitchcock et François Truffaut.

les oiseaux
les oiseaux © radio-france

Après Psychose , Hitchcock éprouve les plus grandes difficultés pour trouver un nouveau sujet. Il commence à travailler avec Joseph Stefano sur le scénario de Pas de printemps pour Marnie , film qui devait marquer le retour à l'écran de l'actrice fétiche du réalisateur, Grace Kelly. Bien qu'elle fût devenue princesse de Monaco, celle-ci était prête à accepter le rôle mais, en fin de compte, elle déclinera l'offre. Déçu, le réalisateur se tourne vers l'adaptation des Oiseaux, une nouvelle de Daphné du Maurier publiée en 1952 dans la revue féminine Good Housekeeping. Il pense d'abord en tirer un épisode pour la série "Alfred Hitchcock présente" mais, après avoir entendu qu'en Californie une femme avait réellement été attaquée par des oiseaux, il se décide, malgré les difficultés que cela implique et sans doute en partie à cause de celles-ci, à en faire le sujet de son prochain long-métrage. Hitchcock ne voulait pas de star pour le film. Le succès de Psychose sans grands acteurs l'avait motivé à se diriger dans ce sens. Après divers essais filmés de plusieurs actrices, Pamela Tiffin, Yvette Mimieux, Carol Lynley et Sandra Dee, Hitchcock choisit une inconnue, Tippi Hedren. Il l'avait remarquée dans une publicité diffusée lors de l'émission télévisée The Today Show. La première scène du film où elle se fait siffler dans la rue est un clin d'œil à cette publicité. Ce mannequin sans expérience d'actrice correspondait au type d'héroïne hitchcockienne : une blonde imperturbable à l'extérieur glacé, mais toute en émotion rentrée.Le réalisateur dispose cette fois-ci d'un budget bien plus confortable que pour son film précédent, argent qui sera surtout consacré aux effets spéciaux. Les séquences où l'on voit des oiseaux attaquer nécessiteront en effet des centaines de prises, mélangeant scènes réelles et scènes d'animation. Pour la bande son, la musique est remplacée par des effets composés entre autres de l'enregistrement de cris d'oiseau et de battements d'ailes, dont Bernard Herrmann, le compositeur attitré du réalisateur, se charge de superviser la distribution dans les différentes scènes.

Hitchcock précurseur Les Oiseaux annonce le film catastrophe. On pourrait dire qu'il crée un sous-genre avant que le genre lui-même n'existe, un sous-genre dans lequel on peut ranger un film tel que Les Dents de la Mer (1975) de Steven Spielberg, et beaucoup d'autres. Certains ingrédients des Oiseaux se retrouveront dans la plupart des films catastrophe : la description d'une histoire personnelle, la description d'une communauté et de ses réactions face à la catastrophe, et la description, en plusieurs scènes choc, de la catastrophe elle-même. Les Dents de la mer se rapproche nettement du modèle offert par Les Oiseaux : dans Les Dents de la Mer : description de la famille du chef Brody et de la communauté d'Amity (dans les oiseaux : Melanie, Mitch et sa mère et Bodega Bay) avec, dans les deux films, une gifle : Melanie la donne dans Les Oiseaux et Brody la reçoit dans Les Dents de la Mer, et des scènes d'émotion forte distillées progressivement tout au long du film.Caméo: Au début des Oiseaux, Tippi Hedren entre dans une oisellerie. Juste au moment où elle met le pied dans la boutique, Hitchcock en sort avec ses deux chiens, Geoffrey et Stanley

cameo oiseaux
cameo oiseaux © radio-france
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.