Devant cette assertion de l'actuel ministre de l'Éducation nationale, assertion contredite un peu plus tard par un linguiste sur Twitter, nos deux chroniqueurs, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron nous rappellent qu’il existe mille et une manières de décrire la langue et ses innombrables variations.

... Vraiment ?
... Vraiment ? © Getty / Utamaru Kido

Souvenez-vous, c'était lors d'une séance de l'Assemblée nationale de mi-novembre 2018, lorsque le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer, s’est exprimé sur la question de l’écriture inclusive. 

Invoquant que l’emblème de la France est une femme et que le joli mot de « République » est féminin, il a toutefois prévenu qu'il serait « vigilant pour qu’il n’y ait qu’une grammaire, comme il n’y a qu’une langue, une République ».

Cette chronique nous révèle que la grammaire est la description de la langue, et non la langue elle-même et qu'il n'y a pas qu'une seule grammaire, mais plusieurs, car cette étude systématique de la langue est un lieu de constante négociation entre spécialistes.

En 1888, dans son Crépuscule des Idoles ou comment on philosophe avec un marteau, Friedrich Nietzsche nous confiait déjà :

Je crains bien que nous ne nous débarrassions jamais de Dieu, puisque nous croyons encore à la grammaire

Bibliographie

  • Wilmet M. Grammaire critique du français. 5. éd. entièrement revue. Bruxelles : De Boeck Duculot ; 2010. 768 p.
  • Riegel M, Pellat J-C, Rioul R. Grammaire méthodique du français. 7e édition. Paris : PUF, Presses Universitaires de France ; 2018. 1109 p. (Quadrige manuels).
  • Encrevé P, Braudeau M. Conversations sur la langue française. Paris, France Gallimard ; 2007. 191 p.
  • Chomsky NA. Structures syntaxiques. Paris: Seuil ; 1969.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.