L’idole de jeunes fait l’objet d’un culte. Les adolescents des années 60 affirment que « Johnny les aide à faire leurs devoirs », ils achètent la carte postale fabriquée à partir des débris de son costume de scène, s’abonnent à « Salut les copains ! » dont il fait régulièrement la couverture.

En plus des produits dérivés à son effigie, Johnny fait de la pub: chaînes hi-fi, instruments de musique, lunettes, café, bouteilles de vin… Ce qui ne va pas sans quelques difficultés avec les médias. Car il y a les médias « amis » et les autres. Maltraité par les journalistes au début de sa carrière, Johnny va apprendre, et se protéger en nouant des alliances stratégiques avec certains médias, en nommant son photographe attitré, en négociant au prix fort reportages et partenariats. Johnny, toujours idole, c’est l’assurance de plus gros tirages, de plus d’audience ou de vendre 25% de lunettes en plus…

Une coproduction des Radios Francophones Publiques, présentée par Radio Suisse Romande-La Première en 2006.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.