Maltraité par les journalistes au début de sa carrière, Johnny va apprendre, et se protéger en nouant des alliances stratégiques avec certains médias, en nommant son photographe attitré, en négociant au prix fort reportages et partenariats.

Johnny a également été courtisé par les politiques en quête de popularité. S’il s’en est toujours méfié, il a tout de même quelques amis entrés en politique. L’un d’eux fut son manager-chauffeur-confident (Jean-Pierre Pierre-Bloch), un autre est actuellement Président de la République, un autre voudrait bien le devenir, et ils ne sont pas tous de droite comme en témoignait Georges Marchais, le secrétaire général du parti communiste français.

Une coproduction des Radios Francophones Publiques, présentée par Radio Suisse Romande-La Première en 2006.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.