Ce devait être une première au monde, un pays producteur de pétrole, l’Equateur s’engageait à ne pas exploiter 20% de ses richesses pétrolières en échange d’une compensation financière internationale mais l’aide attendue n’est pas arrivée. Rafael Correa, le président d’Equateur a jeté l’éponge.

Il vient d’ annoncer l’extraction du pétrole dans le parc national Yasuni , pourtant classé réserve de la biosphère où vivent encore des espèces rares et protegées et des tribus indigènes .

C’est donc la mort à terme de tout un peuple, les Waoranis.. à moins qu’ils ne suivent l’exemple des kichwas de Sarayaku qui sont devenus un exemple de résistance dans toute l’Amérique latine

C’est l’histoire d’un peuple qui dit non.

Depuis plus de trois décennies, 1200 indigènes s’opposent aux menaces de déforestation, aux intimidations des compagnies pétrolières et aux tentatives de destruction de leur environnement au cœur de l’Amazonie .

Aujourd’hui, ils défient à nouveau le gouvernement Equatorien qui vient de lancer sa 11° ronde pétrolière en Amazonie sur 3,6 millions d’hectares.

Et ils sont l’une des rares tribus à ne pas avoir cédé aux promesses du progrès et du développement du Président Correa.

Car il en va de leur survie comme nous le confie l’écrivain Patrick Bard qui a suivi leur lutte toutes ces années.

Si vous souhaitez participer au projet frontière de vie, retrouvez toutes les informations sur http : www.frontieredevie.net ou sur le site de www.parolesdenature.org.

Un livre : « Sortir de la longue Nuit » de Patrick Bard aux Editions du Seuil

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.