Dans ce décor pastoral au mode de vie inchangé depuis le 16° siècle, les patterns originaires de Chine ont toujours eu la réputation d’être accueillants.

C’est donc tout naturellement qu’ils nous invitent à partager leur repas

Mais à l’extérieur de la maison, tout le village s’est rassemblé et épient le moindre de nos gestes.

Nos visages noirs de la poussière de la piste les effraient un peu, les femmes pouffent de rire, et finalement les enfants les plus hardis s’approchent pour caresser le micro.

Passé l’effet de surprise, la vie reprend son cours tout simplement dans la maison, les hommes sont rassemblés à même le sol en terre battue et conversent tandis que les femmes préparent le repas.

Une répartition des tâches inchangée depuis des millénaires..

Les Pattens peuple libre jusqu’à quand ?

Aujourd’hui la politique gouvernementale navigue entre une tentative de sauvegarde de ces traditions et une volonté d’intégration, facteur d’unité nationale. Difficile équilibre à trouver.

Deja les minorités Thai ou les Mong sont devenues des attractions touristiques, la tradition des dents laqués noires est vendue comme gadget aux voyageurs de passage et les villages deviennent parfois des centres de vacances avec des soirées folkloriques.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.